RMC

Réfection des routes de France: "Elles sont toutes lamentables"

52% des Français constatent que les routes qu'ils empruntent se sont dégradées au cours des dernières années. (Photo d'illustration)

52% des Français constatent que les routes qu'ils empruntent se sont dégradées au cours des dernières années. (Photo d'illustration) - Padicha - Flickr CC

TEMOIGNAGES - D'après une étude OpinionWay pour le Syndicat des équipements de la route publiée ce mardi, 52% des Français constatent que les routes qu'ils empruntent se sont dégradées au cours des dernières années. RMC a tendu son micro aux usagers de la route.

Nids de poule, crevasses, chaussées déformées... Les Français jugent l'état de leurs routes. Et le verdict est sévère! D'après une étude OpinionWay publiée ce mardi, 52% des Français constatent que les routes qu'ils empruntent se sont dégradées au cours des dernières années.

Par ailleurs, 59% des Français estiment que les pouvoirs publics ne font pas suffisamment d'efforts pour assurer la présence et la lisibilité de la signalisation sur les routes. Le Syndicat des équipements de la route, pour qui cette étude a été réalisée, regrette le "désengagement des pouvoirs publics" et demande au gouvernement "de se saisir de cette question, et de conduire une étude spécifique pour comprendre le lien exact entre mortalité, entretien et équipement de la route".

"Plus de trous, de nids de poule et de dos d’âne"

RMC a tendu son micro aux usagers de la route. Chaque année, Laurent parcourt 40.000 km. Et les routes françaises sont sans pitié pour ses amortisseurs.

"Elles sont toutes lamentables", témoigne-t-il. "Plus de trous, beaucoup de routes rebouchées donc beaucoup de nids de poule et de dos d’âne. C’est mon dos surtout qui prend".

Pour Thierry, si nos routes se sont dégradées, la faute revient aux pouvoirs publics.

"Pourquoi, à une époque, on avait des routes qui étaient correctes, et pourquoi aujourd’hui, elles se dégradent? ", s’interroge-t-il. "Je pense que ça coûte trop cher à l’heure actuelle et les départements n’ont plus de sous pour entretenir leurs routes".

"Faute de crédits, on peut craindre que la voirie se dégrade"

Avec la baisse des dotations de l'Etat, la situation risque de se dégrader dans les prochaines années, s’alarme Vanik Berberian, président de l'association des maires ruraux de France.

"A force d’avoir des dotations qui diminuent, les collectivités sont obligées de faire des choix", explique-t-il. "Et si pour l’instant, elles maintiennent la réfection des routes dans un niveau d’entretien important, on peut craindre, dans quelques temps, faute de crédit, que la voirie se dégrade par manque d’entretien courant".

D'après lui, les investissements doivent se concentrer sur les réseaux secondaires, là où il y a le plus de victimes.

C. P. avec Benjamin Smadja