RMC

Retards à l'école à cause de la prière du matin: "Cela existe", persiste Jean Rottner

Invitée lundi matin sur BFMTV et sur RMC, Nathalie Kosciusko-Morizet avait cité l'exemple de Mulhouse, où des "dizaines d'enfants arrivent tous les jours en retard à l'école parce qu'ils sont emmenés à la prière par leurs parents". Ce mardi, sur RMC, Jean Rottner, le maire UMP de la ville, a fait un point sur cette histoire.

Sur BFMTV-RMC lundi, Nathalie Kosciusko-Morizet avait cité Jean Rottner, indiquant qu'il lui avait rapporté que dans sa ville de Mulhouse "des dizaines d'enfants" arrivaient "tous les jours en retard parce qu'ils sont à la prière, ils sont emmenés à la prière par leurs parents". Des propos qui ont entraîné une vive polémique. Invité de Jean-Jacques Bourdin ce mardi, le maire UMP de Mulhouse est revenu sur les affirmations de la numéro deux du parti.

Si dans un premier temps, il s'est dit "surpris de cette sortie", il a confirmé les propos de NKM en les nuançant quelque peu : "En rencontrant la communauté éducative, j'ai été surpris par un certain nombre de témoignages, non pas des dizaines mais quelques cas récurrents, indiquant que certains parents prennent pour motif de retard la prière du matin". Mais, selon lui, ce ne sont pas nécessairement les prières du matin qui sont en cause : "Je n'ai pas parlé, moi, de prières du matin mais de prières qui, comme celles de l'après-midi, peuvent venir perturber le début de la classe".

"Des phénomènes qui mettent à mal la laïcité"

Il ajoute: "La difficulté pour les enseignants et les directeurs d'école c'est de savoir comment réagir face à cette situation. Ils font un métier difficile c'est pourquoi la seule réponse de l'Education nationale ne peut pas être : 'Débrouillez-vous'". Jean Rottner estime que c'est dans "son rôle d'élu de remonter les informations, de trouver des solutions mais aussi de mettre le débat sur la table".

Dans Bourdin Direct, le maire de Mulhouse considère toutefois que si l'école française est "merveilleuse" et "permet une éducation fantastique", elle est "aujourd'hui en difficulté par rapport à des phénomènes qui mettent à mal la laïcité et qu'il faut dénoncer. Et ce ne sont peut-être que des cas marginaux mais cette marginalité-là peut mettre à mal un système éducatif profondément républicain".

"Que l'Education nationale ouvre les yeux"

Pourtant, malgré les confirmations du maire, à Mulhouse, ni les syndicats d'enseignant, ni les directeurs d'école, ni le rectorat ne semblent au courant de retards causés par la prière du matin comme l'a constaté RMC. "C'est peut-être aussi ça le problème, répond Jean Rottner sans se démonter. Il faut que l'Education nationale ouvre les yeux sur ces situations difficiles.". L'édile maintient donc sa version: "Cela existe".

Sur RMC, Jean Rottner va "même plus loin" en relevant "un autre phénomène qui existe dans tout le pays": "Aujourd'hui un certain nombre d'enfants sortent du système scolaire à partir du 15 juin pour partir en vacances dans leur pays d'origine. Et certains ne reviennent qu'à la mi-septembre ce qui fait donc plus d'un mois d'absence dans leur scolarité. Il faut le dénoncer car dans les règles républicaines il faut respecter l'école de la rentrée à la fin de l'année scolaire. Ma responsabilité de maire est donc de mettre ces problèmes sur la table pour arriver à trouver des solutions".

"Ne pas laisser seuls les enseignants"

En cas de retards des enfants à cause des prières, les parents doivent-ils être sanctionnés? "Je demande, quand ces phénomènes existent, qu'ils soient signalés et que derrière les autorités de l'Education nationale et qu'éventuellement le procureur et l'Etat travaillent ensemble pour trouver des solutions afin de ne pas laisser seuls les enseignants. Il faut que l'école de la République soit le sanctuaire des valeurs de notre nation".


Suivez Jean-Jacques Bourdin sur Twitter Follow @JJBourdin_RMC
Réagissez sur le compte Twitter d'RMC avec le hashtag #BourdinDirect Tweet #Bourdindirect

Maxime Ricard avec Jean-Jacques Bourdin