RMC

Retraites complémentaires: "Il faut travailler 2 ans de plus", estime Thibaut Lanxade (Medef)

Thibault Lanxade, vice-président du Medef, ce lundi sur RMC.

Thibault Lanxade, vice-président du Medef, ce lundi sur RMC. - RMC

Thibault Lanxade, vice-président du Medef, a expliqué ce lundi sur RMC pourquoi il est indispensable, selon l'organisation patronale, de travailler jusqu'à 64 ans pour toucher l'intégralité de son complément de retraites.

Il faut sauver nos retraites complémentaires. Alors que le trou des régimes Agirc et Arcco dépasse les 5 milliards d'euros, syndicats et patronat achèvent la négociation du plan de sauvetage des retraites complémentaires sans s'être pour l'instant entendus sur la solution à adopter. Ils doivent se retrouver vendredi pour une négociation de la dernière chance. Sinon, c'est le gouvernement qui tranchera.

Mais pour le Medef, la solution est toute trouvée : il faut travailler deux ans de plus, jusqu'à 64 ans, pour pouvoir toucher une retraite complémentaire complète. "Équilibrer les régimes de retraites c'est très simple, c'est juste une question de courage", résume Thibault Lanxade, vice-président du Medef, invité ce lundi de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

"Décote de 25% si vous partez en retraite à 62 ans"

"Compte tenu de la durée de vie qui augmente considérablement, il y a un moment où nous devons travailler davantage. Il faut donc mettre un place un système d'abattement : si vous partez à 62 ans vous aurez une décote de 25% de vos revenus complémentaires, si vous partez à 63 ans vous avez une décote de 15%, et vous revenez au taux normal à 64 ans", explique Thibault Lanxade.

Une solution vivement rejeté par la CGT et FO, qui préfèrent, eux, une hausse des cotisations des entreprises et des salariés. Impensable pour le Medef, qui estime que les entreprises paient suffisamment de cotisations.

"On a augmenté notre espérance de vie"

"La logique veut que nous soyons obligés à travailler plus longtemps. Est-ce que c'est 68 ans, est-ce que c'est 69 ans? Non. C'est juste deux ans de plus avec un système de décote. Deux ans de plus pour équilibrer nos régimes alors qu'on a terriblement (sic) augmenté notre espérance de vie", insiste le vice-président du Medef. Pour Thibault Lanxade, il n'y a en effet aucun obstacle à l'allongement de la vie professionnelle. "Et pour ceux qui ont un travail pénible, il y a déjà la mise en place de systèmes privilégiés avec le compte pénibilité. Donc les personnels exposés à des métiers sensibles seront traités de façon différente", précise-t-il.

Bien que le Medef ait adouci ses positions – au départ, l'organisation patronale souhaitait un allongement de la durée de cotisations à 67 ans -; il n'a aucun soutien de la part des organisations syndicales. S'ils rejoignent le Medef sur le nécessaire allongement de la durée du travail, les syndicats réformistes CFDT et CFTC estiment que la décote proposée par le Medef est trop importante.

Philippe Gril avec JJ. Bourdin