RMC

Routes: bientôt un test salivaire pour détecter la somnolence?

Le test de somnolence pourrait ressembler au test salivaire de détection du cannabis, ici en photo.

Le test de somnolence pourrait ressembler au test salivaire de détection du cannabis, ici en photo. - Guillaume Souvant - AFP

La Fondation Vinci Autoroutes expérimente actuellement un test salivaire pour détecter la somnolence au volant, première cause de mortalité sur les autoroutes en 2013. Explications.

La somnolence est devenue la première cause de décès de mortalité au volant sur les autoroutes, selon une étude de l'Association des sociétés françaises d'autoroutes de 2013. Et selon l'association 40 millions d'automobilistes, la somnolence au volant est responsable de près de 700 décès chaque année et d'un accident mortel sur trois sur autoroute.
Pour tenter de limiter le nombre d'accidents dus à la somnolence, la Fondation Vinci Autoroutes finance actuellement une expérimentation pour, à terme, commercialiser un test salivaire pour évaluer la fatigue des automobilistes.

Une languette de détection que l'on posera sur la langue

Depuis janvier, une équipe de chercheurs du Centre national du sommeil et de la vigilance mène une expérimentation sur 50 volontaires : durant deux nuits consécutives, ils ne dorment que 4 heures, puis leur manque de sommeil est évalué. "Le but à terme, c'est de parvenir à produire un test, sous la forme d'une petite languette de détection que l'on posera sur la langue, et qui permettra une auto-évaluation par les automobilistes de leur état d'éveil ou de manque de sommeil avant de prendre le volant. Un peu à la façon de ce qui existe aujourd'hui pour l'alcool ou la drogue", explique François-Brice Hincker responsable de ce projet à la Fondation Vinci Autoroutes.

C'est grâce à deux molécules libérées dans la salive que les chercheurs espèrent détecter le manque de sommeil chez les conducteurs. Les résultats de cette expérimentation seront connus à la fin de l'année.

Particulièrement utile avant les départs en vacances

Ce test salivaire pourrait être particulièrement utile avant les départs en vacances, période propice à la somnolence, explique Joëlle Adrien, neurobiologiste : "Avant de partir en vacances, les gens se privent souvent de sommeil parce qu'il faut faire les bagages, charger les voitures... Donc ils dorment très peu la veille de prendre la route. Ils sont donc privés de sommeil, et vont avoir en plus un éveil prolongé s'ils doivent conduire douze heures, treize heures...".

Il y a cinq ans, les sociétés d'autoroutes avaient demandé que la somnolence au volant devienne une infraction, mais les pouvoirs publics avaient rétorqué qu'il était impossible de la mesurer. Cette expérimentation pourrait changer la donne.

Philippe Gril avec Victor Joanin