RMC

Royal juge que Strauss-Kahn serait le meilleur Premier ministre

Ségolène Royal a estimé mardi que Dominique Strauss-Kahn serait le "meilleur chef de gouvernement possible" pour la France en temps de crise. /Photo prise le 23 octobre 2010/REUTERS/Jo Yong-Hak

Ségolène Royal a estimé mardi que Dominique Strauss-Kahn serait le "meilleur chef de gouvernement possible" pour la France en temps de crise. /Photo prise le 23 octobre 2010/REUTERS/Jo Yong-Hak - -

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal a estimé mardi que Dominique Strauss-Kahn serait le "meilleur chef de gouvernement possible" pour la France en...

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal a estimé mardi que Dominique Strauss-Kahn serait le "meilleur chef de gouvernement possible" pour la France en temps de crise.

L'ancienne candidate du PS à l'élection présidentielle de 2007 a pris de court ses adversaires internes en annonçant lundi soir sa candidature à la primaire en vue de l'échéance de 2012.

Pour l'instant, le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), tenu à un strict devoir de réserve sur la politique française, entretient le mystère sur ses intentions présidentielles.

Il a rencontré Ségolène Royal lors de son dernier passage à Paris fin novembre.

Si Dominique Strauss-Kahn décidait de ne pas briguer l'investiture socialiste, Ségolène Royal le voit volontiers à Matignon.

"La responsabilité qui est la mienne, si je suis candidate (à l'Elysée) et si je suis élue présidente de la République, c'est de vous dire aujourd'hui que le meilleur Premier ministre, le meilleur chef de gouvernement, (...) c'est Dominique", a-t-elle dit sur France Inter.

"La responsabilité d'un président de la République, c'est de prendre le meilleur pour gouverner la France", a-t-elle souligné.

Elle a précisé donner cette information à titre personnel et non sur la foi de "confidences" que lui aurait faites Dominique Strauss-Kahn lors de leur entrevue.

"C'est moi qui prends cette responsabilité mais elle est souhaitée et partagée par de nombreux Français", a expliqué la présidente de la région Poitou-Charentes.

"S'il ne revient pas, il sera de toutes façons indispensable à notre équipe (...) Il est le meilleur chef de gouvernement que nous pourrions avoir en pleine crise internationale. Nous aurons besoin de lui pour gagner et pour relever la France", a-t-elle estimé.

Invité du Journal de 20 heures de France 2, Ségolène Royal a précisé que Dominique Strauss-Kahn n'avait pas l'intention de faire connaître son choix dans l'immédiat.

"Je l'ai vu. Je lui ai demandé s'il avait l'intention de se déclarer avant décembre: non, il a besoin d'un certain temps", a dit l'élue de Poitou-Charentes.

Si le directeur général du FMI décidait de revenir en France, Ségolène Royal s'est dite prête à s'effacer éventuellement.

"Pourquoi pas, je l'ai toujours dit : nous en discuterons et nous mettrons en place le dispositif gagnant", a-t-elle dit.

A la question de savoir si elle était disposée à céder la place au Premier secrétaire du PS, Martine Aubry, dans le cas où cette dernière entrerait en lice, Ségolène Royal a répondu : "Pourquoi pas. Moi, je veux faire gagner la gauche".

Laure Bretton, avec Elizabeth Pineau, édité par Jean-Loup Fiévet

REUTERS