RMC

Sarkozy, président du "payer plus et gagner moins", dit Aubry

Martine Aubry, premier secrétaire du Parti socialiste, a déclaré que Nicolas Sarkozy resterait le président du "payer plus et gagner moins" en dépit de ses nouvelles promesses. /Photo prise le 5 avril 2011/REUTERS/Benoît Tessier

Martine Aubry, premier secrétaire du Parti socialiste, a déclaré que Nicolas Sarkozy resterait le président du "payer plus et gagner moins" en dépit de ses nouvelles promesses. /Photo prise le 5 avril 2011/REUTERS/Benoît Tessier - -

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy restera le président du "payer plus et gagner moins" en dépit de ses nouvelles promesses, a déclaré mardi Martine...

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy restera le président du "payer plus et gagner moins" en dépit de ses nouvelles promesses, a déclaré mardi Martine Aubry, premier secrétaire du Parti socialiste.

Le chef de l'Etat a confirmé dans les Ardennes sa volonté de faire profiter les salariés des dividendes de la reprise en défendant son projet de prime exceptionnelle pour le personnel de toutes les entreprises à travers la France.

"Comment Nicolas Sarkozy ose-t-il revenir dans les Ardennes, région symbole de ses mensonges et de son échec économique et social, pour faire de nouvelles promesses, alors que toutes les précédentes sont restées sans lendemain?", se demande Martine Aubry.

La dirigeante socialiste souligne que "la promesse du partage de la valeur ajoutée en trois tiers, faite depuis deux ans, n'a jamais vu le jour."

"Comment peut-on apporter le moindre crédit à quelqu'un qui fait à nouveau, aujourd'hui, une annonce du même genre?", ajoute-t-elle.

Pour Martine Aubry, le chef de l'Etat a annoncé "deux premiers renoncements: la prime ne sera pas de 1.000 euros et la quasi-totalité des salariés en seraient de fait exclus".

Sa nouvelle opération de communication restera donc un "écran de fumée" pour masquer une mesure, en réelle, elle, en faveur des plus riches, la quasi-suppression de l'impôt sur la fortune".

Gérard Bon, édité par Jean-Philippe Lefief

REUTERS