RMC

Sarre-Union: "Inconcevable que ce type d'événement arrive chez nous"

Plusieurs centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, a annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur. Invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi matin, Marc Séné, maire (UMP) de la ville, a fait part de son indignation.

"La République ne tolérera pas cette nouvelle blessure qui meurtrit les valeurs que tous les Français ont en partage". Ces mots sont de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, et font suite à la profanation de plusieurs centaines de tombes dans le cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin. Sur RMC ce lundi matin, Marc Séné, le maire UMP de cette petite ville de 3 000 habitants, parle d'un "sentiment horrible", de "dégoût" et d'"incompréhension" à la première vue de ces tombes profanées. "Je ne comprends pas comment des individus ont pu réaliser de tels actes", affirme-t-il.

"Nous pensons que cela s'est passé entre jeudi soir et dimanche matin parce qu'un promeneur était près du cimetière juif jeudi après-midi et n'a rien remarqué", détaille cet élu encore sous le choc. Il ajoute: "Nous pensons qu'ils devaient être plusieurs pour pouvoir commettre ces actes odieux". Ce n'est pas la première fois que le cimetière juif de Sarre-Union fait l'objet de profanations. En 1988, une soixantaine de stèles juives avaient été renversées, et en 2001, 54 tombes avaient été saccagées.

"Dégradation d'un esprit national"

Face à ces dégradations à répétition, Marc Séné fait part de son incompréhension: "Sarre-Union est une petite ville paisible. Il n'y a plus que deux familles juives qui y résident. Mais il était inconcevable que ce type d'événement arrive chez nous". Dans Bourdin Direct, Pierre Lévy, délégué régional du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) en Alsace, fait part de "surprise" et de sa "colère".

Il se dit aussi "inquiet car on accumule les actes hostiles et là ça commence à faire beaucoup". Selon lui, "il y a un gros problème qui n'est pas seulement celui des juifs mais aussi celui de la République". Et d'ajouter être anxieux face "à la dégradation d'un esprit national". Enfin, sur RMC, Dominique Sopo, président de SOS Racisme, assure, suite à ces profanations de tombes, qu'il est "hors de question de baisser la tête face à ceux qui sont dans des logiques profondément racistes et antisémites".


Suivez Jean-Jacques Bourdin sur Twitter Follow @JJBourdin_RMC
Réagissez sur le compte Twitter d'RMC avec le hashtag #BourdinDirect Tweet #Bourdindirect

Maxime Ricard avec Amélie Rosique et JJ.Bourdin