RMC

Sauvée par sa factrice après six jours dans sa baignoire: "Je suis fière de moi"

Une factrice a sauvé une octogénaire coincée depuis six jours dans baignoire (photo d'illustration)

Une factrice a sauvé une octogénaire coincée depuis six jours dans baignoire (photo d'illustration) - MYCHELE DANIAU / AFP

Une octogénaire est restée coincée dans sa baignoire, début décembre, dans son pavillon de Saint-Antoine-de-Breuilh (Dordogne), avant d'être secourue grâce à l'aide de Sylvette Vaillaud, la factrice du village. Invitée ce mardi de RMC, cette dernière raconte.

Sauvée par sa factrice. À Saint-Antoine-de-Breuilh (Dordogne), une octogénaire est restée coincée dans sa baignoire, début décembre, dans son pavillon, avant d'être secourue grâce à l'aide de la factrice du village, raconte Sud Ouest, lundi 22 décembre. Tout a débuté vendredi 5 décembre, lorsque la vieille dame chute en enjambant sa baignoire. Impossible pour elle de se relever ou de prévenir les secours : son boîtier de téléassistance est resté sur le lavabo de sa salle de bains.

Alertée par le courrier qui s'entasse dans la boîte à lettre, Sylvette Vaillaud, la factrice, s'inquiète et décide de prévienir le maire du village comme elle le raconte ce mardi sur RMC. "Je savais que cette dame vivait toute seule. Je l'avais vu plusieurs fois et elle relevait régulièrement son courrier. Alors j'ai sonné et comme personne ne m'a répondu j'ai trouvé ça suspect. Je me suis rendue à la mairie où le maire m'explique que ce n'est pas la première fois que cela arrive".

"La dame aurait pu mourir"

Profitant du fait qu'une des voisines possède un double des clés, le maire entre chez Huguette et la découvre nue, allongée dans sa baignoire. Elle est très affaiblie mais en bonne santé profitant du fait "qu'elle soit dans la douche pour boire de l'eau". Aujourd'hui, après plusieurs jours à l'hôpital, Huguette a été placée en maison de repos. Sur RMC, Sylvette assure "lui avoir téléphoné pour prendre de ses nouvelles. Elle m'a dit qu'elle s'était renversée la corbeille de linge sale dessus pour se tenir chaud".

"Je suis fière de moi et je recommencerai s'il faut le faire" affirme-t-elle. Et Sylvette d'ajouter : "Nous les facteurs, on est un peu là pour ça, pour aller vers les gens s'il y a un problème. A l'heure où tout le monde est égoïste, où tout le monde vit chacun pour soi…La dame aurait pu mourir si personne ne s'était inquiétée d'elle." Le 24 décembre, la factrice pense "aller la voir à sa maison de repos pour lui apporter un bouquet vu qu'elle n'a pas d'enfant…"

M. Ricard avec A.Borne et B.Bolo