RMC

Scandale Volkswagen: "Nous n'avons absolument pas ce type de fraude en France", assurent nos constructeurs

François Roudier, ce mercredi chez Jean-Jacques Bourdin.

François Roudier, ce mercredi chez Jean-Jacques Bourdin. - RMC

François Roudier, porte-parole du comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), assure sur RMC que les voitures françaises respectent les tests antipollution. Des tests toutefois pointés du doigt par le spécialiste auto de RMC, Jean-Luc Moreau.

Le scandale Volkswagen et de ses 11 millions de véhicules "truqués" jette la suspicion sur l'ensemble des constructeurs automobiles mondiaux. La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a d'ailleurs annoncé mardi le lancement d'une enquête "approfondie" en France.

Mais François Roudier, porte-parole du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), l'assure sur RMC, il n'y a pas avoir de suspicion sur les véhicules français. "Nous n'avons absolument pas ce type de fraude en France", dit-il ce mercredi chez Jean-Jacques Bourdin. Mais il reconnaît qu'un tel scandale peut avoir un impact sur l'image des constructeurs. "Il faut regagner la confiance des clients", estime-t-il.

Moreau: "Même les voitures françaises ne respectent pas la norme"

S'il n'y a pas de fraude sur les véhicules français, le spécialiste auto de RMC, Jean-Luc Moreau, pointe de son côté la fiabilité des tests antipollution. "Lors de tests réalisés par un organisme indépendant (l'ICTT), sur 32 voitures testées, dont des voitures françaises, aucune ne respectait les normes antipollution en dehors des tests. Même les voitures françaises, quand on les sort des bancs à rouleaux sur lesquels on homologue les voitures, ne respectent pas la norme. En 2006, en rapport de la commission européenne disait déjà: 'Attention les constructeurs trichent'", explique-t-il chez Jean-Jacques Bourdin.

Roudier: "On n'est pas content de se faire matraquer"

"C'est une ONG qui fait ça, ce n'est pas une preuve", rétorque François Roudier. "Effectivement lorsqu'on homologue un véhicule il y a des marges et tout le monde cherche bien sûr à être bien dans les marges. Mais croyez-nous, on n'est pas content de se faire matraquer par les spécialistes auto qui disent 'les constructeurs nous mentent, la consommation n'est pas là'", assure-t-il. C'est pourquoi il réclame "de vraies réglementations" pour "très vite remettre les choses en ordre".

La solution pour Jean-Luc Moreau ? "Il faut des tests aléatoires sur les routes, mais les constructeurs freinent des quatre fers pour qu'il n'y ait pas de contrôles de ce type. Il faut que l'Europe profite de cette affaire pour mettre en place d'autorité ces contrôles. Et on verra qui ment et qui ne ment pas".

Philippe Gril avec JJ Bourdin