RMC

Après l'interdiction des plastiques à usage unique, les emballages?

C'est une décision inédite et historique. Les députés européens viennent de voter récemment à une large majorité l'interdiction des produits en plastique à usage unique. Le texte doit maintenant être validé par les états membres de l'UE.

Les produits visés par l'UE sont utilisés dans le quotidien de nombreuses personnes: cotons-tiges, couverts en plastique, assiettes, pailles, tiges de ballons gonflables et les touillettes de votre café du matin. Des petits objets en apparence inoffensifs, puisqu’ils ne représentent que 2 à 3% de l’ensemble des plastiques.

Mais ils sont redoutables pour la planète. Ils constituent 80% de la pollution marine. Sachant que chaque minute, une tonne de plastique est déversée dans l’océan. Ces plastiques à usage unique pourraient donc disparaître des pays de l’UE d’ici 2022. En attendant, les couverts jetables eux vont être bannis de France dans moins de deux ans.

Chaque minute, une tonne de plastique est déversée dans l’océan

Les industriels dénoncent une mesure disproportionnée, une stigmatisation du plastique pour la fédération européenne du secteur, Plastics Europe. Interdire les plastiques à usage unique n'est pas une solution contre la pollution.

Le plastique se retrouve dans les océans à cause de la mauvaise gestion des déchets et du manque de sensibilisation. En d'autres termes, à cause des politiques publiques et des citoyens. 

Les lobbies espèrent pouvoir peser dans les discussions entre Parlement, Commission et Conseil avant le printemps 2019 si le texte est approuvé. Car leur manque à gagner est réel : cette proposition pourrait conduire une baisse du chiffre d’affaires de 3,2 milliards d'euros au niveau mondial. Ca reste une goutte d'eau : moins de 1%sur le chiffre d'affaires total du secteur.

Les députés ne comptent pas s'arrêter là

En plus de ces plastiques à usage unique, les députés s’attaquent aux emballages. Interdiction des emballages en polystyrène. Taxe sur les emballages plastique non recyclés, 800 euros la tonne, ce qui rapporterait plus d’un milliard d’euros par an à la Commission Européenne pour les seuls emballages français. 

Le Parlement va même jusqu'à cibler les déchets issus des produits du tabac. En particulier les filtres à cigarette qui contiennent du plastique. Objectif: réduire le nombre de ces déchets de moitié d'ici à 2025, et de 80% d'ici à 2030.

Ce qui est étrange en revanche, c'est que les bouteilles en plastiques ne sont elles pas interdites. Les élus demandent pour l'instant qu'elles soient collectées séparément des autres déchets plastiques, puis recyclées à 90% d'ici 7 ans. 

Anaïs Bouitcha (avec J.A.)