RMC

EN DIRECT - Eclipse partielle de Soleil ce mardi: attention aux yeux

Une éclipse partielle du soleil qui masqué par la Lune touche la Terre ce mardi.

La Lune cache ce mardi un morceau du Soleil au-dessus de l'Islande, dans une éclipse partielle d'environ deux heures qu'il faut observer avec précaution, même si elle n'assombrira pas le ciel.

Le phénomène céleste a démarré à 10h58 (heure française) en Islande et s'achèvera au large de l'Inde à 15h02, en traversant l'Europe, l'Afrique du Nord-Est et le Moyen-Orient, selon l'Institut français de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE) de l'Observatoire de Paris.

Les images de l'éclipse en direct

Une éclipse de Soleil se produit lorsque le Soleil, la Lune et la Terre sont alignées. Quand l'alignement est quasiment parfait, le cône d'ombre de la Lune touche la surface de la Terre et obstrue l'intégralité du disque solaire: l'éclipse est totale.

Cette fois-ci, l'ombre de la Lune ne touchera pas le sol et "il ne sera nulle part possible d'assister à la disparition totale du Soleil", a expliqué l'Observatoire de Paris dans un communiqué la semaine dernière.

Au maximum, le soleil caché à 82.2%

Même au maximum de l'éclipse, prévu au-dessus du Kazakhstan, le Soleil sera caché à 82,2%. Un chiffre insuffisant pour avoir une perception d'obscurité en plein jour. Il faudrait pour cela une obscuration d'au moins 95% du Soleil, a indiqué à l'AFP un astronome à l'Observatoire de Paris.

L'effet sera d'autant moins sensible en France métropolitaine que par le jeu de la mécanique céleste, l'éclipse restera en dessous de 20%. Elle a commencé vers 11h15 dans le nord du pays, 11h30 dans le sud, pour s'achever au alentours de 13h00.

On pourra l'observer, si le ciel est clair, en regardant le Soleil avec des lunettes adaptées et neuves, pour éviter les brûlures de l'oeil. Les astronomes amateurs peuvent aussi utiliser des instruments grossissants et munis de filtre, disponibles dans les centres organisant une observation.

L'éclipse de mardi "sera un évènement mineur", a déclaré à l'AFP l'astrophysicien Ryan Milligan, de l'Université Queens de Belfast. Mais cet autoproclamé "chasseur d'éclipses" n'en ressentira pas moins une certaine excitation à l'observer.

C'est la seizième éclipse partielle de Soleil du XXIe siècle et la seconde cette année, visible au-dessus du Pacifique Sud. En France métropolitaine, la dernière éclipse partielle remonte au 10 juin 2021.

Le 12 août 2026 se produira une éclipse totale, dont la zone de totalité ne traversera pas l'Hexagone, mais qui donnera lieu à une obscuration du disque solaire de 92 % vue depuis Paris et de 96 % vue depuis Marseille, selon l'IMCCE.

Avec AFP