RMC

Eric Piolle: "baisser les indemnités des élus, ce n'est pas démagogique"

-

- - -

Ecologie, gouvernement, indemnités des élus... Le maire EELV de Grenoble était l'invité de BFMTV et RMC ce vendredi.

Eric Piolle, maire Europe Ecologie - Les Verts de Grenoble, était l'invité de BFMTV et RMC vendredi matin. Ecologie, gouvernement, indemnités des élus: retrouvez ici l'essentiel de son interview.

L'explication: "baisser les indemnités, ce n'est pas démagogique"

A son arrivée à la mairie de Grenoble, Eric Piolle a annoncé la baisse des indemnités des élus de 25%. Pour lui, "il y a une méfiance vis-à-vis de la politique de la part des citoyens. Et derrière cette méfiance, il faut au moins qu'on n'ait pas l'impression que les élus vivent bien en ces temps de crise. En 2008, la majorité PS s'était augmentée de 25%, donc on est revenu sur cette décision. Mais ce n'est pas démagogique. Notre équipe est au milieu des habitants".

"Je fais le choix d'aller vers les règles de la vie de monsieur et madame tout-le-monde, qui s'appliquent à la vie publique", affirme l'élu.

Le tacle: "le gouvernement ne part pas dans une bonne direction"

Eric Piolle s'explique ensuite sur son vote contre la participation de son parti Europe Ecologie - Les Verts au gouvernement, lorsque Manuel Valls a été nommé Premier ministre. "Je n'ai fait aucun congrès, aucune motion en quatre ans d'engagement politique, c'était la première fois que je signais un texte national, parce qu'il me semblait que le gouvernement et Hollande étaient sourd aux messages et aux problèmes qui se posaient. Et là, je n'ai pas l'impression que ça parte dans une très bonne direction", commente-t-il.

Pourtant, il assure que les écologistes ont été "utiles" dans le gouvernement précédent, en citant notamment l'exemple de la loi Alur sur le logement de Cécile Duflot, une "bonne loi" selon lui.

L'attaque: "Au PS ou à l'UMP, l'écologie est laissée de côté"

A la question de savoir si l'on peut être écologiste de droite comme de gauche, Eric Piolle rétorque: "on peut être environnementaliste de droite ou de gauche. Mais il y a une cohérence de fond qui fait qu'Europe Ecologie - Les Verts porte l'écologie politique. On voit d'ailleurs dans le gouvernement qui sort et celui qui démarre que l'écologie n'est pas vraiment au centre des préoccupations. On se souvient du Grenelle de l'environnement, lorsque Nicolas Sarkozy était président, qui n'a pas eu de suite. La réalité, c'est qu'au PS ou à l'UMP, même s'ils entendent, l'écologie n'est pas dans leurs radars, elle est laissée de côté".

La rédaction