RMC

"Je crains qu'on se soit servis de nous pour l'exemple": des chasseurs de l'Oise suspendus après des dérapages en plein confinement

Des inspecteurs de l'Office français de la Biodiversité qui observé des entorses au règlement et interdit la chasse dans deux communes de l'Oise. Avec deux cas bien différents.

Les chasseurs vont devoir ranger leurs fusils dans deux communes de l'Oise. La préfecture a décidé d'interdire la chasse à Grandru et à Morienval, suite à des violations des règles sanitaires. Ce sont des inspecteurs de l'Office français de la Biodiversité qui ont observé ces entorses au règlement samedi dernier.

Dans le département, comme partout en France, la chasse avait été autorisée, malgré le confinement, uniquement pour réguler la faune sauvage, éviter que les sangliers, par exemple, ne saccagent les champs. Les regroupements et les repas en commun, eux, sont proscrits.

"Ils ont déconné c'est clair. Ils méritent cette punition"

C'est pourtant ce type de transgressions qui auraient été observées dans ces deux communes, le week-end dernier. Guy Harlé-d'Ophove, le président de la Fédération des Chasseurs de l'Oise, le déplore pour Grandru.

"Ils ont déconné c'est clair. Ils méritent cette punition et je ne lèverai pas le petit doigt pour eux. A Morienval, les choses sont un peu plus complexes."

Morienval, une commune, un peu plus au sud, où les chasseurs sont formels : ils ont respecté les règles sanitaires. Pas de repas en commun le midi et distanciation sociale respectée. C'est pourtant ce que leur reproche les autorités.

"Tout le monde était dehors avec des distances. Je ne vois pas ce qui nous est reproché"

Patrice Lebon, le président de la société de chasse de la commune, et Pierre, l'un des vingt chasseurs présents à la battue du week-end dernier, ne comprennent pas la décision.

"Ca m'écoeure complètement. Depuis l'ouverture on a annulé les repas. Les collègues étaient dans la cour et il restait les verres du café du matin. Il n'y avait rien d'extraordinaire pour nous empêcher de chasser. Tout le monde était dehors avec des distances. Je ne vois pas ce qui nous est reproché." 

Il espère pouvoir s'appuyer sur les caméras de vidéo surveillance installées au local pour prouver sa bonne foi et faire annuler cette interdiction. Soutenu, dans cette démarche, par le président de la Fédération des chasseurs du département.

"C'est aberrant. Je crains qu'on se soit servis de nous pour l'exemple. On n'a rien demandé. On nous a dit de tenir notre rôle de régulateur."

Des arguments qu'ils veulent faire valoir en préfecture. Mais cette interdiction n'a pas vocation a être levée prévient Cyriaque Blaye, le directeur de cabinet de la préfète de l'Oise.

"Je rappelle que ce n'est pas une procédure contradictoire. On prend une mesure d'urgence. Il n'y a aucune raison qu'on doute d'un rapport écrit, institutionnel et compétent. On va redoubler d'efforts pour que les chasses dans le département soient faites avec la plus grande vigilance qui s'impose."

A Morienval, comme à Grandru, la chasse devrait donc rester interdite jusqu'à la fin du confinement, au moins, donc, jusqu'au 1er décembre.

Martin Bourdin (avec J.A.)