RMC

Le président de la Fédération des chasseurs s'indigne contre la "secte verte qui se met en place"

Le débat autour de la démocratisation de la chasse est toujours intense alors que le prix des permis a baissé grâce à Emmanuel Macron. Willy Schraen de la Fédération nationale des chasseurs salue la mesure et tacle ses détracteurs sur RMC ce mardi matin.

"C’est qui les premiers écologistes de France ? C'est quand même nous." Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, s'est montré très offensif ce mardi matin sur RMC. Invité de Bourdin direct, il en a profité pour dénoncer les agissements du lobby du véganisme et de la défense radicale du bien-être animal qui auraient pour objectif l’extinction du mode de vie rural selon lui.

"Il y a des gens en face de nous qui veulent simplement que la ruralité s’arrête. Que tout s’arrête. Il y a des grands penseurs, une nouvelle secte qui se met en place, une nouvelle religion verte qui se développe."

"Ils passent leur temps à tenter de déstabiliser l’opinion publique sur ces sujets"

S'il ne se dit "pas fermé à la discussion pour améliorer les choses", il regrette le sectarisme des détracteurs de sa pratique. Le président de la FNC s’interroge ainsi sur les intentions de ces associations anti-chasse et soupçonne même une ingérence étrangère dans ce débat.

"Vous avez un noyau de personnes minoritaires mais qui sont très structurées sur les réseaux sociaux qui passent leur temps à tenter de déstabiliser l’opinion publique sur ces sujets. Il y a des associations qui fonctionnent avec des fonds qui proviennent d’ailleurs de l’étranger qui imaginent peut-être pour demain une nouvelle consommation et façon de vivre en France."

Les permis vont financer à hauteur de 51,5 millions d'euros l'Office de la biodiversité selon Willy Schraen

Les demandes de permis de chasse national explosent d'ailleurs ces dernières semaines (ce qui ne veut pas dire qu'il y a plus de chasseurs) grâce à une promesse d'Emmanuel Macron d'en baisser le tarif. Il est dorénavant deux fois moins cher que l'année dernière passant de 400 à 200 euros.

Une réforme qui a pour objectif de capter de nouveaux adhérents, mais qui est aussi critiquée par les associations de défense des animaux. Mais Willy Schraen assure que toujours d'argent provenant de la taxe sur ce permis sera injecté pour la défense de l'environnement

"C'est 51,5 millions d'euros qui vont être investis en 2019-2020 de la poche des chasseurs", confirme-t-il.

James Abbott