RMC

Mesures sur le bien-être animal: pourquoi le gouvernement épargne les chasseurs

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé des mesures fortes pour le bien-être animal avec en figure de proue la "fin progressive" des animaux sauvages dans les cirques. Mais le gouvernement a tenu à épargner les chasseurs de ces mesures.

Le gouvernement prendra-t-il des mesures supplémentaires en faveur du bien-être animal ? Barbara Pompili, la ministre de la transition énergétique, a présenté mardi une série de mesures notamment sur la "fin progressive" des animaux sauvages dans les cirques itinérants, la fin de la présence d'orques et de dauphines dans les delphinariums, mais aussi la fin des élevages de visons pour leur fourrure.

Pour concrétiser ces décisions, les députés de La République en marche ont annoncé qu'ils allaient soutenir dès demain en commission une proposition de loi du groupe "Ecologie, Democratie, Solidarité", qui reprend toutes les mesures gouvernementales. Le texte est attendu dans l'hémicycle le 8 octobre.

Ne pas froisser (encore plus) les chasseurs

Pour autant, le gouvernement reste prudent sur d'autres mesures. Il rechigne même à aller plus loin, pour ne pas froisser les chasseurs. Pas question pour le moment de voter l'interdiction de la chasse à courre ou de la venerie sous terre, qui consiste à capture des renards ou des blaireaux dans leur terrier. Politiquement, ce serait trop risqué.

Officiellement, la majorité ne veut pas créer "de nouvel antagonisme entre la ruralité et les métropoles". Elle se satisfait plutôt d'avoir déjà acté l'interdiction pour un an de la chasse à la glu. Mais avec plus d'un million de pratiquants, la chasse reste un puissant lobby.

Ne pas réveiller une nouvelle fronde

"Cela représente la culture française", disait Emmanuel Macron en 2017. D'ailleurs, la fédération des chasseurs le lui a plutôt bien rendu en appelant ses membres à ne pas rejoindre le mouvement des "Gilets jaunes" et à le soutenir lors des élections européennes.

Enfin, le gouvernement ne veut pas réveiller une nouvelle fronde, alors qu'il a déjà déclenché la colère des patrons de cirque.

Paul Barcelonne (avec J.A.)