RMC

Canicule: pourquoi il ne faut pas se ruer sur les climatiseurs

Avec la canicule, la tentation de s'équiper d'un climatiseur est grande. Mais cela doit vraiment être un geste de dernier recours rappelle Jean-Baptiste Lebrun, directeur du Cler (réseau pour la transition énergétique).

La température monte encore. 78 départements sont en vigilance orange canicule, un record. Et "le plus dur reste à venir avec un pic au-delà de 40 degrés", selon le directeur général de la Santé. Alors faut-il s'équiper de climatiseur? Non, selon Jean-Baptiste Lebrun, directeur du Cler (réseau pour la transition énergétique).

Car si les climatiseurs apportent une fraîcheur bienvenue, ils ne règlent pas le problème du réchauffement climatique, au contraire, ils l'aggravent.

"Le principe même de fonctionnement du climatiseur fait qu'il y a trois conséquences néfastes: la première c'est que quand on rejette de l'air froid quelque part, on rejette de l'air chaud ailleurs. Le deuxième problème c'est que ça consomme de l'électricité. 10% de la consommation mondiale d'électricité est liée aux climatiseurs, c'est énorme. Ça pose des enjeux de pollution pour la produire. Le troisième problème c'est que les climatiseurs fonctionnent avec des gaz fluorés, et quand ils fuient, ces gaz contribuent au réchauffement climatique avec un effet qui peut être jusqu'à 4000 fois pire que le CO2", a détaillé Jean-Baptiste Lebrun.

D'abord chercher des alternatives

Selon lui, le climatiseur doit être l'option du dernier recours:

"Le ventilateur peut être une bonne solution pour se passer de climatiseur. Il faut d'abord chercher des alternatives avant d'essayer de climatiser. Si on a besoin de climatiser, on peut avoir quelques règles. Climatiser aux endroits où on en a le plus besoin: les hôpitaux, les maisons de retraite. Ensuite, il y a le choix des équipements, il y a une réglementation européenne qui s'applique. Il faut chercher l'étiquette énergie la plus importante".

10% de la consommation d’électricité mondiale est liée à la climatisation. Selon l'agence internationale de l'énergie, le nombre de climatiseurs dans le monde devrait bondir de 1,6 à 5,6 milliards d'ici à 2050.

Paulina Benavente