RMC

Fermeture d'écoles pour cause de canicule: "C'est un peu exagéré"

Les fermetures d'écoles se multiplient. Le ministère de l'éducation nationale ne tient pas de compte précis mais des centaines d'écoles devraient être fermées jeudi et vendredi. Ce qui n'arrange pas tous les parents d'élèves.

Mardi soir, le ministère de l'éducation n'avait pas de chiffres, pas de remontées claires du nombre d'écoles fermées à travers le pays. Et pour cause, les décisions sont laissées à l'appréciation des maires, qui pour certains se retrouvent seul face au phénomène, ce que regrettait notamment l'un d'eux dans l'Aisne. Maire d'une petite commune, il a décidé de fermer ses 2 écoles.

A plus grande échelle, la préfecture de l'Essonne a fait le compte: 242 établissements de maternelle et d'élémentaire répertoriés, 50 seront fermées jeudi et vendredi. Toujours en Ile-de-France: 2 communes du Val de Marne, 7 en Seine-et-Marne ont clairement assumé la fermeture. Notamment dans une ville comme Melun, où 4.300 élèves trouveront porte close en fin de semaine. Enfin beaucoup plus au Sud, Ajaccio en Corse fermera ses école vendredi à cause de la chaleur, mais aussi à cause de la pollution aux particules fines.

"Tout le monde n'a pas la possibilité de faire garder son enfant"

Des fermetures qui n'arrangent pas forcément les parents. L'école Paul Eluard à Valenton dans le Val-de-Marne sera fermée jusqu'à lundi. "Tout le monde n'a pas la possibilité de faire garder son enfant, je trouve ça un peu exagéré. Je vais l'amener au travail et elle va profiter de la clim' au boulot", explique Linda, une mère d'élève.

Nadine gardera, elle, ses filles à la maison. Pour cette mère de famille, ces fermetures d'écoles sont incompréhensibles: "Comme je suis gérante de ma société, je fais un peu ce que je veux. Je vais rester à la maison et on se débrouille".

Laurent Périchon, 1er adjoint à la mairie de Valenton comprend que cette mesure complique la vie des familles mais l'assume: "Ce qui nous a guidé avant tout, c’est de s'assurer que les enfants ne craignent rien, qu'on n'ait pas des malaises. On aurait pu nous le reprocher. C'est une décision qui me semble être très sage". Contrairement à d'autres villes, aucun centre de loisir ne sera ouvert à Valenton. Trop compliqué à mettre en place aussi rapidement, assure la municipalité.

Nicolas Ropert et Thomas Chupin (avec P.B.)