RMC

Face à la nouvelle vague de chaleur, vigilance accrue pour les personnes âgées

Après une canicule précoce au mois de juin, la France voit les températures remonter encore cette semaine. Les plus âgés sont suivis avec vigilance.

Des pics à 38 degrés sont attendus ce lundi dans le sud-ouest. Les Landes passent en vigilance canicule jaune à partir de 14 heures, ainsi que douze autres départements dont trois autres de la même région, la Charente-Maritime, la Charente et la Gironde.

Météo-France annonce, par ailleurs, que cette chaleur sera durable et s’étendra vers le nord en cours de semaine avec un pic attendu pour le week-end des 16 et 17 juillet et une évolution en canicule à suivre.

Thierry n’a que 62 ans, mais il supporte de moins en moins la chaleur. “D’habitude, j’adore la chaleur, mais maintenant, je suis limité. Je rentre plutôt à l’ombre plus souvent. On est beaucoup plus fatigués qu’avant”, indique-t-il. Avec le temps, les mesures de prévention, il les connaît par cœur. “On boit beaucoup, on ferme les volets, on met la clim et on regarde la télé”, décrit-il.

Ces prochains jours, il vérifiera que sa voisine de 85 ans les applique aussi.

“Elle est toute seule donc on lui a installé une climatisation pour qu’elle ait de l’air frais, on voit si elle a besoin de quelque chose… On fait un peu comme si c’était notre mamie en fait”, confie-t-il.

Contacter les personnes fragiles isolées

Fabienne, 57 ans, fait pareil avec Monique, qui vit seule. “C’est ma maman de cœur qui a 83 ans et que j’oblige à boire”, indique-t-elle. Pourtant, Monique l’assure, elle fait bien attention. “Je n’ai pas de clim, mais je bois dans ma bouteille par petites gorgées toute la journée”, assure-t-elle.

Alors, qu’on prenne de ses nouvelles lui fait plaisir, mais c’est parfois un peu trop.

"Ça inquiète plus les autres que moi et ils finissent par me faire peur”, appuie-t-elle.

Et pour ceux qui n’ont pas la chance, comme Monique qu’on veille sur eux, de nombreuses communes tiennent des registres des personnes fragiles isolées, pour leur téléphoner régulièrement pendant la vague de chaleur.

Marie Sanz avec Guillaume Descours