RMC

"Il faut nous aider maintenant": les sinistrés du Sud-Est ont interpellé Emmanuel Macron mercredi

Le président de la République était en visite dans les villages sinistrés et un temps coupés du monde après les violentes intempéries qui ont touché la zone vendredi dernier.

Cinq jours après les intempéries qui ont fait au moins 5 morts et 20 disparus dans les Alpes-Maritimes, Emmanuel Macron était aux cotés des sinistrés et secouristes mercredi pour constater les dégâts et leur apporter le soutien de la nation.

Entourés d'élus locaux, de Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, le Président a parcouru trois communes particulièrement sinistrées: Tende, Breil sur Roya et Saint-Martin-Vésubie

Emmanuel Macron a passé de longues heures auprès des élus locaux et de la population très éprouvée 5 jours après la catastrophe. Dès qu'il pose le pied à Tende, l'un des villages les plus touchés par la tempête, le président de la République est interpellé par un pompier. "Il ne faut pas nous laisser tomber", implore-t-il.

"On a fait des miracles pendant 48 heures"

Le maire de la ville raconte à Emmanuel Macron les 48h où son village a été coupé du monde. Et a du mal à retenir ses larmes.

"Le vendredi soir c'était le cauchemar. Les maisons tombaient les unes après les autres, on a évacué l'Ehpad, on a fait des miracles pendant 48 heures."

Quelques mètres plus loin une restauratrice craque quand elle raconte avoir distribué gratuitement de la nourriture aux habitants: "Faut surtout pas nous oublier ! On a eu la sensation d'être oubliés pendant 48 heures. Il faut nous aider maintenant".

"On fera les investissement qu'il faut et on mettra les moyens", lui répond le président de la République.

"L'Etat prendra ses responsabilités"

Emmanuel Macron annonce que 55 communes ont été placées en état de catastrophe naturelle. Et la création d'un fond d'urgence: "le fond 06".

"On va déjà enclancher pour les prochains jours 100 millions d'euros, mais ce seront plusieurs centaines de millions d'euros. Le préfet va organiser un tour de table des financeurs. Mais l'Etat prendra ses responsabilités et nous mobiliserons aussi des financements européens."

Le chef de l'Etat promet également l'ouverture de trois guichets uniques dans le département pour aider les habitants dans leurs démarches et leur assurer un soutien psychologique.

Pierrick Bonno (avec J.A.)