RMC

Mobilisation générale contre la marée noire à Porquerolles

-

- - CHRISTOPHE SIMON / AFP

La dépollution des plages du Var touchées par des boulettes ou des galettes d'hydrocarbures échouées après la collision de deux navires au large de la Corse il y a deux semaines, devrait "prendre des mois" selon la préfecture.

La collision de deux navires le 7 octobre au large du Cap Corse continue d'avoir des conséquences sur l’environnement. Le parc national de Port-Cros et notamment l’île de Porquerolles ont été impactés. Des boulettes d’hydrocarbures ont été retrouvé sur les plages et les zones rocheuses les plus proches du continent.

La préfecture a demandé aux habitants, dans un communiqué, "de ne pas toucher ou ramasser les galettes mais d'informer leur mairie, les services de police ou de gendarmerie. A la demande de Jean-Pierre Giran, maire de Hyères, l’île de Porquerolles a été définie comme la priorité du plan de lutte contre la pollution. 

Pour ces opérations de dépollution, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a annoncé dans un communiqué jeudi avoir débloqué un fonds d'urgence de 100.000 euros.

"C'est un travail minutieux. C'est à la main avec des pelles et des râteaux"

Des agents municipaux, des agents du parc national et des militaires de la sécurité civile de Brignoles ont été mobilisés dans le cadre du plan préfectoral Polmar.

Combinaison intégrale, bottes, gants et masques, 50 agents ont été mobilisés pour nettoyer la côte nord de l’île. Le lieutenant Idriss de la sécurité civile de Brignoles gère les opérations.

"Cette plage que nous nettoyons fait environ 700 mètres avec une pollution quasi-totale, mais très éparse. C'est donc un travail très minutieux, très pointilleux. C'est à la main avec des pelles et des râteaux."

Des goélands déjà tâchés de mazout

7 à 8 mètres cubes de boulettes d’hydrocarbure récupérés en une journée. La pollution aura des conséquences selon Laurent Maxime, chef du secteur de Porquerolles au sein du parc national.

"Il y avait des goélands déjà tâchés. Pas complètement mazoutés, la marine faisant le nécessaire pour en enlever le maximum en mer. mais il en arrive une certaine quantité."

De nombreuses plages restent inaccessibles, par mesure de sécurité, ce qui n’empêche pas certains vacanciers de s’y aventurer. Certains auraient appréciés d’être prévenu en amont avant d'arriver sur l'île. Les opérations de nettoyage devraient durer plusieurs jours.

Kelly Vargin (avec J.A.)