RMC

Poulet au chlore, bœuf aux hormones américains: "Nous ne sacrifierons pas notre sécurité alimentaire"

Les Etats-Unis veulent faire pression sur l'Europe pour à nouveau importer du bœuf aux hormones et du poulet au chlore. Hors de question de négocier, assure la ministre des Affaires européennes Amélie de Montchalin, invitée ce mercredi matin dans Bourdin Direct.

Les Etats-Unis ont appelé l'Union européenne à lever l'interdiction d'importer du poulet chloré et du bœuf aux hormones. Cette demande fait suite à la menace du président américain Donald Trump d'imposer des taxes punitives sur les automobiles européennes si Bruxelles et Washington n'avancent pas dans leurs discussions commerciales, décidées en juillet 2018, qui bloquent sur la question de l'agriculture.

Pour Amélie de Montchalin, ministre des Affaires européennes, il n'y a pas de négociation possible avec les Etats-Unis.

"Les Européens sont d'accord entre eux pour dire que nous ne voulons pas discuter de sujets agricoles avec les Etats-Unis. Nous avons pris cette décision au printemps dernier car nous n'avons rien à gagner. Nous ne négocierons pas sur les sujets agricoles avec les Etats-Unis. C'est un consensus européen. Nous ne sacrifierons pas la sécurité alimentaire, les intérêts agricoles, nos producteurs et le climat. C'est une ligne rouge absolue", a-t-elle assuré sur RMC.

"On ne peut pas imposer des normes à nos agriculteurs et ouvrir grand les portes à des produits qui ne les respectent pas"

"Il n'y a pas de mandat pour négocier cela. On ne peut pas imposer des normes à nos agriculteurs et ouvrir grand les portes à des produits qui ne les respectent pas. On l'a toujours dit. Nous ne négocierons pas d'accords commerciaux avec des pays qui ne respectent pas l'accord de Paris", a-t-elle encore déclaré.

P.B.