RMC

Recul de Nicolas Hulot sur le nucléaire: "Il est devenu le passe-plat des lobbies"

A l'issue du Conseil des ministres ce mardi, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, a annoncé que le gouvernement abandonnait son objectif de réduire de 50% d'ici 2025 la part du nucléaire dans la production d'électricité.

Le gouvernement recule. Nicolas Hulot a admis ce mardi que la France ne pourrait vraisemblablement pas tenir l'objectif de ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% en 2025. Le ministre de la Transition écologique a estimé qu'il "sera difficile de tenir ce calendrier de 2025 sauf à relancer la production d'électricité à base d'énergies fossiles", évoquant dans la soirée une possible échéance de "2030 ou 2035".

> Pour les écologistes, c'est un recul de Nicolas Hulot. Julien Bayou, porte-parole d'EELV, estime que l'écologiste a renié ses convictions et qu'il devrait quitter le gouvernement:

"La question de son départ est posée. Nicolas Hulot est libre, c'est aussi le premier écolo de France et là, clairement il accompagne un renoncement sans précédent. Malheureusement, c'est une couleuvre de plus.

Quand on voit que sur la biodiversité, on fait très peu. Quand il s'agit de préserver la qualité de l'alimentation, finalement, ce sont les pesticides qui gagnent. Sur la qualité de l'air, c'est pareil. On a des plans sur le diesel à 2040, mais aujourd'hui qu'est-ce qu'on fait pour nos enfants, pour nos seniors? A chaque fois, ce sont les lobbys qui gagnent contre l'intérêt général de toute la population.

Je fais tout crédit de sincérité à Nicolas Hulot, on espérait qu'il soit un rempart contre ces lobbies, aujourd'hui, il en est plutôt le passe-plat".

> A l'inverse, pour Sacha Houlié député LREM de la Vienne, et vice-président de l'Assemblée nationale, Nicolas Hulot est à sa place au gouvernement:

"Le ministre écologiste est jusqu'au bout un écologiste et à ce titre là je pense que l'on peut saluer sa décision qui est une décision difficile. Il est difficile pour tout le monde d'accepter d'avoir un report de la date d'atteinte des 50% de la part du nucléaire. Mais néanmoins il a pris la solution la plus écologiquement responsable qui soit. S'il avait pris la décision contraire, il aurait renié toutes ses valeurs parce qu'il aurait contribué à l'accroissement de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre".

Nicolas Hulot est l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce mercredi, à 8h35 sur RMC et BFMTV.

Annabel Roger (avec P.B.)