RMC

Un patron l'assure, "l'écologie, ce n'est pas cher et ça rapporte"

"L'écologie au service de l'entreprise, ça fait gagner de l'argent", assure Olivier Bédouelle, ici devant les locaux de son entreprise VertDéco, à Magny-le-Hameaux (Yvelines).

"L'écologie au service de l'entreprise, ça fait gagner de l'argent", assure Olivier Bédouelle, ici devant les locaux de son entreprise VertDéco, à Magny-le-Hameaux (Yvelines). - Juliette Droz - RMC

Les grandes entreprises sont réunies à Paris mercredi et jeudi afin d'échanger sur les meilleurs moyens de lutter contre le dérèglement climatique. Certains patrons n'ont pas attendu pour mettre l'écologie au service de leur activité. Reportage dans une entreprise francilienne où même les moutons font faire des économies.

Concilier protection de l'environnement et croissance économique, c'est possible. Un message adressé aux grandes entreprises et aux organisations patronales, réunies pendant deux jours à Paris pour évoquer la lutte contre les gaz à effet de serre, moins de 200 jours avant la Conférence climat (COP 21) de décembre.

RMC a rencontré un patron exemplaire en la matière. Olivier Bedouelle, chemise à carreaux et petites lunettes, est à la tête de l'entreprise de paysagisme, VertDéco, à Magny-les-Hameaux, dans les Yvelines, créée il y a 30 ans et qui compte 65 salariés. Une entreprise d'aménagements paysagers pas comme les autres.

"On récupère ce que nous a donné la nature"

Ici, l'homme travaille en harmonie avec le vivant. La philosophie de l'entreprise ? "On récupère ce que nous a donné la nature pour la réutiliser dans notre fonctionnement", explique Olivier Bedouelle. De l'eau de pluie pour arroser les plantes, des déchets minutieusement triés... "Si on veut faire de l'écologie on doit être vraiment très rigoureux. On a une benne 'tous déchets', une benne cartons, une benne gravats, bois… on trie les pots par couleur…", énumère le patron.

Vertueux, certes, mais assez classique pourrait-on lui rétorqué. Mais ce n'est pas tout ! Après le déjeuner, les restes du repas ne finissent pas à la poubelle, mais… au poulailler. "On y met tous nos déchets. Elles sont voraces les poules ! En l'espace de deux jours elles ont tout avalé, et on a des œufs tous les jours", s'amuse Olivier Bedouelle. "C'est rigolo, ça coûte pas cher et on retraite l'ensemble des déchets".

Les poules mangent les restes, les moutons tondent la pelouse

Et pour tondre les pelouses, là non plus, pas besoin de machine : "Pour ça il y a les moutons. Un mouton, c'est une tondeuse, sauf qu'elle est vivante. Ça tond très bien et ça fait du lien social avec les salariés", s'enthousiasme l'entrepreneur. Et pour chauffer hangar, serres et bureaux, pas de gaz ni de fuel. Les salariés de VertDéco se chauffent grâce à une chaudière à bois. Sur un an, ce chauffage naturel a permis d'économiser 10.000 euros. Ce qui fait dire à Olivier Bédouelle que "l'écologie, ce n'est pas cher et pas compliqué".

"Il faut faire sauter cette idée que ça peut coûter beaucoup. Ça nous rapporte une rentabilité qui nous permet de payer nos salariés, de vivre très correctement. Ça marche !".
Philippe Gril avec Juliette Droz