RMC

Vers l'arrêt des réintroductions d'ours dans les Pyrénées: "L'ours remet en cause tout un équilibre" dénonce le président de la chambre d'Agriculture de l'Ariège

La réintroduction des ours dans les Pyrénées pourrait bien s’arrêter, c’est ce qu’a promis Emmanuel Macron à Pau mardi. Philippe Lacube, président de la chambre d'agriculture de l'Ariège, était l'invité de RMC.

La réintroduction des ours dans les Pyrénées pourrait bien s’arrêter: c’est ce qu’a promis Emmanuel Macron à Pau mardi.

Au moins 40 ours ont été recensés en 2018. Face à la multiplication des attaques de leur troupeau, l’an dernier 1500 brebis ont été tuées, les éleveurs ont manifesté à plusieurs reprise leur colère. Cette fois-ci il semblerait que le chef de l’Etat les ait entendus.

Selon Philippe Lacube, président de la chambre d'agriculture de l'Ariège, sur RMC, Emmanuel Macron a annoncé qu’il allait acter par écrit la fin de la réintroduction de l’ours dans le massif Pyrénées. Un protocole pour identifier et extraite les ours trop dangereux devrait même voir le jour.

Aucun délai n’a en revanche été évoqué. Une concertation aura lieu à Toulouse dans les 2 prochains mois. 

Pourtant, la France est obligé de réintroduire les ours: l'Union Européenne l'exige. C'est la baisse drastique du nombre d'ours qui a poussé les autorités à agir. En 95, seuls cinq individus avaient été localisés dans le Béarn. Un programme de réintroduction a donc été lancé en 1996. Aujourd’hui, l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage estime qu’il faudrait 14 femelles de plus pour assurer l’espèce.

Margaux Bédé