RMC

Vigie nature: et chacun de nous fait avancer la recherche sur l'environnement

Le programme Vigie nature, lancé par le Muséum national d'histoire naturelle il y a 25 ans, propose à chaque citoyen volontaire de recueillir des données sur la nature en bas de chez lui ou lors de ses déplacements quotidiens, et de contribuer à améliorer les connaissances environnementales.

Et si nous participions tous à faire avancer la science et l'écologie ? C'est tout simple: de quoi noter, un peu d'observation, un goût pour les petites choses de la nature, et voilà… Depuis 25 ans qu'il a lancé le projet Vigie nature, un programme de "science participative", le Muséum national d'histoire naturelle a recueilli des millions de données sur la biodiversité, le changement climatique et les effets de l’urbanisation. Tout ça grâce aux 15.000 observateurs volontaires qui participent à ce projet. Des citadins qui, une fois inscrits sur le site vigienature.mnhn.fr, sont invités à recueillir et envoyer aux scientifiques leurs observations réalisées sur le terrain, partout en France.

"Ça nous fait un énorme jeu de données"

"C'est l'occasion pour les Français de s'investir dans la recherche en participant directement: en relevant, en observant les abeilles, les papillons au jardin, les plantes dans la rue…", explique Grégoire Loïs, directeur du programme "Vigie Nature", ce mercredi chez Jean-Jacques Bourdin, à l'occasion du lancement de l'opération RMC Objectif Terre, en direct du Muséum d'histoire naturelle. "Ces observateurs choisissent en fonction de leur situation : plutôt en milieu urbain ou rural, s'ils ont une passion pour les fleurs ou les oiseaux… Au final, ça nous fait un énorme jeu de données, qui permet d'analyser les conséquences du changement climatique ou des effets de l'urbanisation".

"C'est du gagnant-gagnant"

Pour Grégoire Loïs, "c'est une stratégie gagnant-gagnant. De notre côté on recueille des millions de données depuis le début de ce programme, et pour les citoyens c'est une autre manière de découvrir la nature, de se reconnecter avec et de s'émerveiller". La collecte des données permet également de publier une quinzaine de revues scientifiques chaque année. Et les initiateurs du projet vigie nature l'assure, le fait même de participer à cette opération entraine des changements de pratiques au quotidien chez les citoyens qui y participent.