RMC

Ségolène Royal veut "renouer" avec 2007

Ségolène Royal a exhorté jeudi ses militants et sympathisants à "renouer" avec "la belle histoire de 2007", quand elle était arrivée au second tour de l'élection présidentielle. /Photo prise le 6 octobre 2011/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Ségolène Royal a exhorté jeudi ses militants et sympathisants à "renouer" avec "la belle histoire de 2007", quand elle était arrivée au second tour de l'élection présidentielle. /Photo prise le 6 octobre 2011/REUTERS/Gonzalo Fuentes - -

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal a exhorté jeudi ses militants et sympathisants à "renouer" avec "la belle histoire de 2007", quand elle était...

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal a exhorté jeudi ses militants et sympathisants à "renouer" avec "la belle histoire de 2007", quand elle était arrivée au second tour de l'élection présidentielle.

"Je vous demande de faire en sorte que ce qui s'est levé ne s'arrête pas, et je vous demande de me donner la victoire dimanche prochain", a-t-elle dit lors d'un meeting au théâtre du Bataclan, à Paris, le dernier avant le premier tour de la primaire socialiste, dimanche.

A trois jours du scrutin, la présidente de la région Poitou-Charentes a mis en avant son expérience, assurant qu'après être passée à "l'essoreuse élyséenne", la droite ne pouvait plus rien contre elle.

"C'est important ce qui se passe dimanche, les Français (...) doivent le savoir, c'est en quelque sorte le premier tour de l'élection présidentielle", a-t-elle déclaré.

Echarpes rouges autour du cou, environ 1.000 personnes s'étaient réunies au Bataclan pour assister au dernier meeting de Ségolène Royal, l'accueillant aux cris de "Ségolène présidente".

"Je mettrai fin à cette longue nuit du Fouquet's", a-t-elle ajouté, faisant référence à l'établissement de luxe où Nicolas Sarkozy avait fêté sa victoire à l'élection présidentielle de 2007.

Entre autres mesures, la candidate à l'investiture socialiste a réaffirmé son opposition au cumul des mandats et sa volonté de faire interdire les licenciements boursiers ainsi que de réformer le système bancaire.

Jeudi, Ségolène Ropal était créditée de 11% d'intentions de vote, à égalité avec le député Arnaud Montebourg, d'après un sondage Opinionway-Fiducial pour Le Figaro.

Chine Labbé, édité par Gérard Bon

REUTERS