RMC

Séisme au Népal: "J'attends encore la fin de la semaine…"

-

- - ROBERTO SCHMIDT / AFP

Le bilan des victimes françaises du séisme du 25 avril au Népal s'élève désormais à quatre morts a annoncé ce mercredi Laurent Fabius. Mais plus d'une semaine après la première secousse, certaines familles demeurent sans nouvelle de leurs proches.

Quatre ressortissants français sont morts dans le séisme qui a ravagé le Népal le 25 avril et neuf sont portés disparus et 30 personnes n'ont pas encore été localisées, selon un nouveau bilan donné mercredi par le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. Mais alors que les recherches continuent pour tenter de retrouver des rescapés et les corps des victimes, notamment dans la région dévastée du Langtang, certaines familles n’auront peut-être jamais de réponse.

"Je ne sais pas où elle est allée"

C'est le cas pour le moment de David Lucas. Plus d'une semaine après les premières secousses, il est toujours sans nouvelle de sa mère Yollande Kleincauss, 65 ans, partie faire un trek au Népal. Pourtant ce fils garde confiance, il est sûr qu'elle est vivante. Il décrit en effet sa mère comme une baroudeuse, une débrouillarde. En revanche, il se fixe une limite de temps avant de se rendre sur place: "A un moment ou un autre il va falloir que je bouge. J'attends encore la fin de la semaine vu que normalement elle aurait dû rentre le 30…"

Il ajoute, dans une sérénité déconcertante: "Partir là-bas c'est bien beau mais j'aimerais au moins avoir une localité pour pouvoir partir. Car partir à un endroit alors qu'elle n'y est pas ce n'est pas du tout productif. Or, je ne sais pas du tout où elle est allée… Maman elle part comme ça. Hop ! Elle a un super billet, elle est contente et elle s'en va du jour au lendemain".

"J'espère qu'elles auront des réponses"

Il y a encore quelques heures, Marie Ganichaud attendait elle aussi des nouvelles de son frère Florent. Mais après avoir imaginé le pire, elle a reçu ce mercredi un coup de fil rassurant de sa part. Elle mesure toutefois la chance que sa famille a eue. "Notre plus grande peur était de ne jamais avoir de réponse, ne jamais retrouver son corps… C'est ça qui me chagrine le plus pour ces familles encore dans l'attente".

Et de poursuivre: "J'espère qu'elles auront des réponses à leurs questions assez rapidement. Moi-même j'ai encore beaucoup de mal à m'en remettre donc j'imagine eux pour qui cela fait une semaine et demi. Cela doit être atroce". A noter que le dernier bilan dressé par les autorités népalaises fait état de 7 557 morts et 14 000 blessés.

M.Ricard avec A.Roullin et H.de Neuville