RMC

Sauvetage de Français au Népal: "Tout d'un coup on a vu les montagnes qui s'effondraient"

Alors que le ministère des Affaires étrangères a annoncé ce dimanche être sans nouvelle de 79 Français, plus d'une semaine après le séisme, des touristes ont enfin été secourus et été rapatriés à Katmandou. Ils témoignent ce lundi sur RMC.

"A un moment, on a entendu comme un énorme grondement. J'ai cru que c'était des hélicoptères qui débarquaient dans le ciel… On a été plusieurs à lever les yeux vers le ciel et tout d'un coup on a vu les montagnes qui s'effondraient sur la vallée". Parti pour un trek d'un mois et demi dans les montagnes népalaises, Olivier Lelouche raconte ce lundi sur RMC comment il a vécu le séisme et les huit jours qui ont suivi. Car, coincé dans les montagnes, il n'a pu être secouru et rapatrié vers Katmandou seulement ce dimanche.

"On a eu une chance incroyable"

"On a eu la chance énorme d'être dans un endroit avec des abris, de l'eau et des réserves de nourriture", explique-t-il avant d'ajouter, encore bouleversé: "Je suis sûr qu'il y a beaucoup des personnes que j'ai photographiées qui ne sont plus là, des villages qui sont sur les photos qui ne sont plus là…" Pas de doute, au milieu de ce chaos, Olivier en est persuadé: "On a eu une chance incroyable". Et, comme lui, d'autres Français viennent toujours juste d'être secourus.

C'est le cas de Pierre et Françoise qui, comme beaucoup, étaient sur place pour faire un trek. Quand soudain, la terre a tremblé: "On a entendu un grondement… J'ai mis la main sur le rocher, il tremblait… Vraiment, on avait du mal à se tenir debout… Cela tremblait de plus en plus fort, on avait peur que le terrain s'en aille et nous engloutisse… Il y a eu ensuite un gros éboulement et le chemin devant nous a disparu", se souvient Pierre. Indemnes, ils parviennent à rejoindre un village et s'y réfugient.

"Possible que des gens soient encore enclavés"

"Il n'y avait plus de chemin donc c'était impossible de descendre. On savait qu'on serait obligés de redescendre par hélicoptère… On est resté huit jours dans le village. On a attendu patiemment car on savait qu'il y avait d'autres gens qui avaient besoin de secours. On était en bonne santé donc on aurait pu attendre encore plus longtemps s'il fallait", affirme-t-il. Leur chance: être partis avec une agence de trekking car c'est elle qui les a localisés. Mais tous les randonneurs ne sont pas dans le même cas comme l’explique Christine, gérante d’une agence à Katmandou.

"Le Langtang est un des régions où on peut aller sans guide, sans agence. Il est donc fort possible que des gens soient enclavés dans des villages sans que l'on soit au courant", explique-t-elle. Et d'ajouter, en guise d'espoir: "Tant que les secours ne seront pas montés dans tous les villages, on ne saura pas. Il est possible que l'on mette plus d'un mois à en récupérer certains… S'ils ont peur et qu'ils ne bougent plus des villages car ils ne peuvent plus prendre la route…"

Maxime Ricard avec Marie Regnier