RMC

Sept blessés graves dans un incendie à Aubervilliers: "La rue est devenue un hôpital de campagne"

Un incendie dans un immeuble d'habitation a fait sept blessés graves, dont cinq enfants, dimanche à Aubervilliers. Sur RMC, Michelle, une voisine, raconte la scène.

Un mois après un sinistre qui avait coûté la vie à une mère et à ses trois enfants dans la même ville de Seine-Saint-Denis, de nouveau, le feu a frappé à Aubervilliers.

Un incendie dans un immeuble d'habitation a fait sept blessés graves, dont cinq enfants, dimanche. Parmi ces sept blessés figurent une femme particulièrement touchée et dont le pronostic vital était engagé. Une autre habitante a fait une crise cardiaque mais a pu être sauvée.

Quinze personnes ont été plus légèrement touchées, dont dix policiers venus sur place pour tenter d'évacuer les habitants. 

Le feu s'est déclaré vers 19H00 sous les combles d'un immeuble de deux étages et a nécessité l'intervention d'une centaine de pompiers dans cette commune populaire de Seine-Saint-Denis. Les pompiers, aidés par une quarantaine de camions, sont parvenus à maîtriser les flammes à 19H30 et à circonscrire totalement le sinistre aux alentours de 21 heures. 

La colère des habitants

Sur la petite place pavée, Michelle, qui habite juste en face de l'immeuble sinistré, observe les dégâts causés par l'incendie. Le auvent de la supérette noirci par les flammes, toutes les fenêtres ouvertes et l'odeur de fumée encore présente.

"On a vu les enfants qui ont été sortis. L'hôpital est devenu un hôpital de campagne... Tous ceux qui vomissaient, les pompiers les ont installé, là devant, et ont gardé les ambulances pour les personnes les plus gravement atteintes" témoigne-t-elle, encore très choquée.

Michelle est également en colère. Pour elle, peu de doute: la vétusté de l'immeuble est en cause. "C'est inadmissible que des maisons soient encore habitées dans ses conditions. On ne peut pas avoir des morts juste comme ça, parce qu'un immeuble n'est pas entretenu".

Un avis que partage également Ahmed. Habitant du quartier et plombier, il a l'habitude d'intervenir dans ces immeubles. Il pointe notamment du doigt des fils électriques dénudés le long du bâtiment: "Il n'y a pas eu d'amélioration. Tout ce qui est électricité, vous rentrez dans les cours ou dans les appartements, il n'y a pas de sécurité" confie-t-il sur RMC. 

Des membres de la police scientifique ont réalisé dès dimanche soir des relevés pour déterminer les causes du sinistre.

Charlotte Peyronnet & X.A