RMC

Sida: près de 18.000 auto-tests vendus en deux mois

Depuis le 15 septembre, 17 .757 auto-tests VIH ont été vendus en France.

Depuis le 15 septembre, 17 .757 auto-tests VIH ont été vendus en France. - BFMTV

CHIFFRE RMC - Depuis leur mise en vente en pharmacie le 15 septembre dernier, 17.757 auto-tests VIH ont été vendus en France. Au 31 octobre, 70.000 kits avaient été commandés par les pharmacies sur l’ensemble du territoire.

Les ventes d’auto-tests du sida connaissent un bon démarrage en France. Selon les chiffres du réseau IMS Pharmastat, qui a recensé les données de ventes des 22.000 pharmacies en France, 17.757 auto-tests VIH ont été vendus sur le territoire depuis le 15 septembre, date de leur mise en vente en pharmacie.

Ces tests, délivrés sans ordonnance, se présentent sous la forme d'un kit et permettent, à partir d'une goutte de sang, de dire en 15 à 30 minutes si le patient est séropositif ou non. L'auto-test coûte entre 27 et 30 euro et n'est pas remboursé par la sécurité sociale.

"Nous en vendons entre 5 à 6 par semaine"

Ce mercredi, la société AAZ, fabricante du produit, a dévoilé qu'entre mi-septembre et fin octobre, près de 70.000 auto-tests ont été commandés par les pharmacies sur l'ensemble du territoire.

RMC s’est rendue dans une pharmacie à Paris, et les professionnels le constatent: l'auto-test VIH ne dort pas au fond des tiroirs. Maxime, le pharmacien, la connaît bien, cette petite boîte. Depuis mi-septembre, il vend régulièrement des auto-tests VIH.

"Là, pour l’instant, nous en vendons entre cinq à six par semaine, ce qui est relativement important. C’est un nouveau moyen de détection qui est important, sachant qu’il y a 20% de séropositifs qui s’ignorent et qu’il y a 50% de contaminations qui se font pas ces séropositifs".

"L'outil est simple à utiliser"

Au total en France près de 18.000 ventes, preuve que ces auto-tests correspondent à une attente, selon Franck Barbier, de l'association Aides, qui lutte contre le sida...

"L’outil est simple à utiliser, rapide, permet une confidentialité. Ce qui permet à un certain nombre de personnes de trouver un intérêt supplémentaire à ces auto-tests".

Il veut même aller plus loin, et souhaite que les associations puissent mettre ces auto-tests à disposition gratuitement pour les plus défavorisés.

C. P. avec Benjamin Smadja