RMC

1.500 euros perdus pour une cliente: attention aux arnaques sur le chauffage au bois

Alors que le prix des granulés utilisés pour les chauffages au bois a explosé ces derniers mois, le nombre d'arnaques autour de ces produits a bondi. Sophie en a fait les frais. Elle avait avancé 1.500 euros, mais n'a jamais été livrée.

Le cours actuel de la palette de sacs de granulés, pour les chauffages au bois, dépasse parfois les 850 euros. Et les propriétaires de chauffages à bois se font avoir par des prix alléchants. L'an dernier, un sac de granulés de bois se vendait 3 euros en moyenne. Aujourd'hui, certaines offres dépassent les 10 ou 15 euros.

Mais attention aux offres alléchantes. À l'approche de l'hiver, des internautes pressés de faire leur stock tombent dans le panneau. Les signalements d’escroqueries à la vente de bois ont été multipliés par dix en un an sur la plateforme Signal Arnaques.

Exemple avec ce site internet qui ressemble à celui d'une menuiserie. Même nom, même logo… À un détail près: les sacs de granulés de bois sont trois fois moins chers. Alors, Sophie croit flairer la bonne affaire.

“Quand j’ai téléphoné au numéro inscrit sur le site, je suis tombée sur quelqu’un. J’ai posé plein de questions et la personne m’a répondu du tac au tac. J’ai bien vérifié si la société existait”, indique-t-elle.

"Le budget chauffage, il est parti en fumée"

Le camion de livraison devait arriver chez elle, le lendemain. “Je n’ai jamais été livrée. J’ai envoyé 1.500 euros d'acompte donc là le budget chauffage, il est parti en fumée. Je ne sais pas comment on va faire pour se chauffer cet hiver”, confie-t-elle.

Ça fait deux mois que ces arnaques se multiplient aussi sur Le Bon Coin, sur les réseaux sociaux, Facebook, Telegram… Nicolas Douzain-Didier, délégué général de la fédération du bois, donne quelques conseils en surfant sur l'un de ces sites frauduleux.

“Cinq jours de délais de livraison, c’est juste impossible. Il vaut mieux parler à des vraies personnes, voir les produits qu’on achète, faire plusieurs devis. C’est nouveau pour notre secteur. On n’était pas piraté par ces ‘artistes’”, explique-t-il.

Pour l'instant, impossible pour les forces de l'ordre d'évaluer l'ampleur de ces escroqueries.

Maryline Ottmann avec Guillaume Descours