RMC

A une semaine du déconfinement, plus de départements dans le vert

Des départements en "orange" sont passés en "vert" sur la carte du déconfinement du gouvernement.

Le coronavirus a causé 135 décès supplémentaires en 24 heures en France, a indiqué dimanche la Direction générale de la santé, et trois départements sont passés de l'orange au vert sur la carte du déconfinement.

Au total, 24.895 personnes sont mortes en lien avec le coronavirus depuis le 1er mars, dont 15.583 dans les hôpitaux et 9.312 dans les établissements

La pression sur les services de réanimation s'allège légèrement, avec 8 patients Covid-19 en moins, mais le nombre total de malades hospitalisés dans ces services reste supérieur aux capacités initiales.

"On constate une diminution de la circulation du virus dans 3 départements (Gers, Loire Atlantique et Mayenne) avec une proportion de passage aux urgences pour suspicion de Covid-19 inférieure à 6%, ce qui permet donc le passage du "orange" au "vert" sur la carte", souligne la DGS.

La nouvelle carte provisoire du déconfinement, qui fait la synthèse de deux indicateurs (circulation active du virus et les capacités de réanimation) comporte désormais 32 départements rouges (inchangé), 19 oranges (contre 22 la veille) et 50 verts (contre 47 la veille). Les départements verts pourront organiser à partir du 11 mai un déconfinement plus large que les autres.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a toutefois prévenu que les régions vertes ne seront pas exemptes de contraintes : "si vous pensez qu'on peut libérer totalement la circulation et ne pas respecter les règles dans cette région au motif que c'est une région verte, je peux vous dire qu'en deux semaines elle sera rouge". 

Ceux en orange (une catégorie provisoire) ne présentent qu'un seul des deux critères favorable - la circulation active du virus ou les capacités en réanimation. 

Le 7 mai, ne resteront que deux catégories - vert et rouge - qui détermineront le niveau de relâchement des restrictions mises en oeuvre depuis le 17 mars.

Le gouvernement n'entend pas baisser la garde et a annoncé la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 24 juillet. Celle-ci ne pouvant être autorisée que par la loi, le texte sera examiné à partir de lundi au Sénat puis du lendemain à l'Assemblée nationale.

La rédaction de RMC (avec AFP)