RMC

Abdallah Zekri: "Pour mettre fin aux prières de rue, il faut doubler le nombre de lieux de cultes"

Après la polémique autour des prières de rue à Clichy-la-Garenne, le président de l'observatoire national contre l'islamophobie, Abdallah Zekri, a estimé dans Bureau de Vote ce vendredi qu'il fallait construire 2.500 lieux de culte pour les musulmans.

Abdallah Zekri, président de l'Observatoire national contre l'islamophobie, était l'invité de Bureau de vote ce vendredi sur RMC. Au lendemain de l'intervention du préfet des Hauts-de-Seine pour mettre fin aux tensions liées aux prières de rue dans la ville de Clichy-la-Garenne, Abdallah Zekri a estimé qu'il fallait "doubler le nombre de lieux de culte" pour faire face à ce problème. "Pour mettre fin aux prières de rue, il serait souhaitable de doubler le nombre des lieux de cultes. Ces lieux seraient financés par les fidèles. Il ne faut pas de financement étranger", a expliqué le membre du Conseil français du culte musulman (CFCM).

"Il y a une hypocrisie de certains maires"

"Les fidèles ont suffisamment d'argent pour construire ces 2.500 lieux de cultes qui manquent", a-t-il estimé. Sauf que, pour Abdallah Zekri, "il y a une hypocrisie de certains maires" qui bloquent la construction de ces lieux. "Lorsqu'une association trouve un terrain ou un local à acheter, le maire fait préemption immédiatement et bloque cette construction. Ce n'est pas dans son intérêt puisqu'on arrive à la situation de Clichy avec des prières de rue".

"Moi je suis consterné de voir des musulmans prier dans des caniveaux. Je suis contre les prières de rue, il faut trouver des solutions", a exhorté le président de l'Observatoire national contre l'islamophobie.