RMC

Affrontements entre migrants à Calais: "Ca devient catastrophique, on a vu des scènes de guerre"

De violents affrontements entre migrants afghans et africains jeudi en plusieurs endroits de Calais, ont fait 17 blessés, dont quatre par balle étaient entre la vie et la mort dans la soirée. Les militants associatifs sont abasourdis, comme l'explique Loan Tourandel, chargé de mission pour l'Auberge des Migrants, sur RMC.

Des "scènes de guerre". Une vingtaine de blessés, dont quatre entre la vie et la mort touchés par balle: de violents affrontements entre migrants en plusieurs endroits de Calais ont éclaté jeudi.

C'est au cours d'une distribution de repas près du centre hospitalier de Calais qu'une première rixe éclate entre un groupe de migrants afghans et un autre groupe de migrants érythréens. Une centaine de personnes se font alors face. Certains sont armés de pierre, de bâtons, de barre de fer, les coups pleuvent... et plusieurs coups de feu éclatent. Quatre Erythréens, âgés de 16 à 18 ans, sont grièvement touchés par balles. Un différent entre des passeurs pourrait être à l'origine de ces violences avance une source policière.

"Un degré de violence jamais connu"

Selon le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, qui s'est rendu en début de nuit sur les lieux de l'une des rixes, "On a atteint une escalade de la violence devenue insupportable pour les Calaisiens et les migrants". "C'est un degré de violence jamais connu" a-t-il déclaré un peu plus tôt devant la presse au commissariat, déplorant des événements "exceptionnellement graves". 

RMC a rencontré, sur place, Loan Tourandel, chargé de mission pour l'Auberge des Migrants. Il est encore sous le choc de ce qu'il a pu vivre et voir jeudi: 

"Ca devient catastrophique, ici. Catastrophique. On hallucine. Depuis la visite d'Emmanuel Macron et les annonces, les gens arrivent ici. Les migrants viennent avec l'espoir de trouver une solution. Au final, il n'y a rien. Au bout d'un moment, les migrants n'en peuvent plus et voilà, ça craque. Nos équipes ont dû ramasser des blessés par balles. On a vu des scènes de guerre, vraiment. Je ne comprends pas. Ca fait des semaines qu'on pallie à l'urgence mais le gouvernement ne fait rien. Les gens sont désespérés, ils n'ont plus rien à perdre. Je n'ai jamais vu une telle détresse".
X.A pour RMC