RMC

Âge, profession, opinions politiques... qui sont les "gilets jaunes"?

RMC
Une étude dresse le portrait type des gilets jaunes. Habitants de villes moyennes, ils demandent en premier lieu l'augmentation du pouvoir d'achat.

Mais qui sont vraiment les gilets jaunes ? Ils font partie du quotidien depuis le 17 novembre, mais il est difficile d’établir un profil type tant le mouvement est hétérogène. Pour tenter d’en savoir un peu plus, l’Obsoco, l’observatoire société et consommation a interrogé un peu plus de 4.000 gilets jaunes. Et que ressort-il de cette étude ?

D’abord un chiffre. 6 Français sur 10 se disent gilets jaunes. Dans le détail, 49% le sont en participant activement au mouvement et 11% en apportant leur soutien.

Les plus impliqués sont des hommes, âgés en moyenne de 47 ans, peu diplômés, appartenant à la catégorie socio-professionnelle intermédiaire. Des ouvriers, des artisans, des patrons de petites entreprises. Revenu moyen du foyer : 2.500€ net par mois.

Petites villes et moyennes agglomérations

La plupart ont connu ou connaissent encore des périodes de chômage. Un quart seulement se disent satisfait de leur travail.

Ils vivent principalement dans des petites villes ou moyenne agglomération, sans être propriétaires. Des villes où ils regrettent la disparition des services publics et l’absence de transports en commun. 43% sont contraints d’utiliser leur voiture au quotidien et 57% aimeraient déménager pour vivre ailleurs.

L’étude note aussi que les gilets jaunes sont plus frustrés que la moyenne des Français. Une frustration liée au pouvoir d’achat. Ou plutôt à un désir d’acheter plus conséquent que les autres. Les gilets jaunes ont un plus gros appétit de consommation que leur pouvoir d’achat ne permet pas d’assouvir

Quelles sont leurs revendications?

Leurs revendications sont très disparates, comme on a pu l’entendre depuis 4 mois. Mais quand on leur demande leurs priorités, 3 sortent du lot chez la majorité des gilets jaunes.

On retrouve l’augmentation du pouvoir d’achat en premier lieu. La baisse de la rémunération des élus vient juste après. Et la réduction des taxes sur le carburant complète le podium.

En revanche, le référendum d’initiative citoyenne, l’abrogation de certaines lois, la révocation des élus, etc… ne font pas l’unanimité. Tout comme l’écologie, qui n’est pas une priorité pour une majorité de gilets jaunes.

Matthieu Rouault