RMC

Aquarius: "Il y a de l’incompréhension, de la colère et du dégoût", estime un marin-sauveteur à bord du bateau

Après une semaine d'errance en mer, l'Aquarius et les 630 migrants sauvés en Méditerranée sont arrivés à Valence. Ludovic Duguépéroux, marin-sauveteur à bord de l'Aquarius est dépité de voir dans quelles conditions les migrants ont été traités.

1500 km de traversée pour regagner l'Espagne pour l'Aquarius et les migrants à bord, le seul pays qui a accepté le débarquement des 3 bateaux et de ces centaines de migrants.

Il y avait des hommes, des femmes, certaines enceintes, et des enfants parfois sans leurs parents. "Des personnes vulnérables qui n'ont pas vu de médecin depuis des mois voir des années", selon l'équipe de sauvetage.

Ils ont été pris en charge par la Croix Rouge et les autorités espagnoles à leur sortie du bateau ce dimanche Ils sont "sains et saufs" mais tous ont besoin de soin car certain ont été brûlés par l'essence, l'eau de mer et blessés pendant la traversée ou par des actes de torture en Lybie.

"C'est inhumain de laisser des personnes dans cette situation"

Ludovic Duguépéroux, marin-sauveteur à bord de l'Aquarius, raconte le calvaire qu'on vécu les migrants sur l'embarcation:

"Notre seule et unique tache, c'était de prendre soin des gens. Quand on a 630 personnes sur un bateau qui fait 70m de long et 14m de large, ça demande beaucoup de présence et d'organisation. Il y a de la colère, de la fatigue et de l'incompréhension. De les voir dormir sur un pont où il fait 40 degrés, il y avait beaucoup de colère. Mais on a pas le droit de laisser place à ça sur le moment. Il faut qu'on prenne soin d'eux. C'est juste inhumain de laisser des personnes comme ça dans cette situation. C'est stupide de nous faire transiter jusqu'en Espagne. Il y a 5 jours pour venir et 5 jours pour repartir. Et pendant ce temps là, il y a des gens qui continuent à se noyer et on est pas là". 
B.M avec Bourdin Direct