RMC

Baya, vendeuse de burkinis: "c'est porté par une minorité, c'est une polémique pour rien"

Sur certaines plages, le port du burkini est désormais interdit.

Sur certaines plages, le port du burkini est désormais interdit. - Fethi Belaid - AFP

TÉMOIGNAGE - Baya a créé sa marque et vend des burkinis sur internet. Pour elle, les polémiques actuelles sur ce maillot de bain couvrant des pieds à la tête n'a pas lieu d'être.

Sur internet, plusieurs boutiques en ligne proposent d'acheter des burkinis. Baya, a ainsi créé sa propre marque il y a trois ans et commercialise depuis son domicile de Mandelieu-la-Napoule, ce maillot de bain désormais interdit sur certaines plages. Chaque été, elle vend plus de 200 tenues de bain expédiées dans toute la France. "La tunique couvre bien le bassin avec un legging et un bonnet, avec des matières sportswear, c'est ce qu'on utilise pour les maillots de bain classique", décrit-elle sur RMC. 

Cette azuréenne vend ces burkinis de 85 à 120 euros selon les modèles. Contrairement à la burka, le visage n'est pas dissimulé. D'ailleurs pur la commerçante, burkini ne rime pas forcément avec islam et serait porté par des femmes non musulmanes.

"Ca peut être des femmes qui sont en surpoids, qui ont des problèmes de peau, donc tout le monde peut le porter", estime-t-elle. 

"Je ne vois pas beaucoup de femmes le porter"

A Cannes, Villeneuve-Loubet ou encore au Touquet, le port du burkini est désormais interdit sur les plages. Le week-end dernier, plusieurs femmes ont écopé d'une amende pour avoir porté ce maillot de bain que Manuel Valls estime incompatible "avec les valeurs de la France et de la République". Des polémiques que ne comprend pas Baya pour qui le phénomène reste marginal.

"Ici sur la Côte d'Azur, je n'en trouve pas particulièrement. Je ne vois pas beaucoup de femmes le porter. S'il y en a une, deux ou trois, c'est énorme. C'est vraiment une minorité. Je trouve que c'est vraiment créer une polémique pour rien", regrette la commerçante. 

Baya est également inquiète pour son commerce. La France représente 80% de son chiffre d'affaires, mais elle envisage désormais de réorienter son activité vers les pays du Moyen-Orient. 

C. B avec Benoît Ballet