RMC

Bijou de technologie, indétectable... Ce qu'il faut savoir du "Suffren", le nouveau sous-marin français

Bijou de technologie, indétectable... Ce qu'il faut savoir du "Suffren", le nouveau sous-marin français

Bijou de technologie, indétectable... Ce qu'il faut savoir du "Suffren", le nouveau sous-marin français - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Vendredi prochain, Emmanuel Macron se rendra à Cherbourg pour inaugurer un nouveau sous-marin de l’Armée française. Le premier sous-marin nucléaire d’attaque de type Barracuda.

Son nom : Suffren, du nom du plus connu des marins français. Un petit bijou de technologie. 800.000 pièces et composants, 99m de long, 5.300 tonnes pouvant accueillir jusqu’à 63 personnes et 12 officiers et plonger à plus de 350m de profondeur.

Sa particularité, c’est sa discrétion. Sous l’eau, son empreinte acoustique est équivalente à celle d’un banc de crevette. Autrement dit, quasi indétectable.

Il permet aussi aux plongeurs de combat de rallier un propulseur sous-marin grâce à un sas aménagé sur le dessus du sous-marin et qui donne accès aux hangar de pont.

La mission de ce nouveau sous-marin: faire du renseignement, pister les sous-marins adverses, mais surtout protéger le porte-avion Charles de Gaulle.

Pour cela, il pourra envoyer des missiles de croisière navals d’une portée de 1.000 km.

Trois autres engins similaires seront livrés d’ici 2025, histoire de renouveler la flotte française et d’être à la hauteur de la technologie acquise désormais par les Américains, les Britanniques, mais aussi les Brésiliens, les Australiens ou encore les Indiens.

Matthieu Rouault