RMC

"C'est un non-sens": la maire de Vaulx-en-Velin s'indigne du départ de Renault

Invitée d'Estelle Midi sur RMC et RMC Story, Hélène Geoffroy, la maire de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon, s'est indignée du départ d'un garage Renault de sa ville. Le groupe automobile avait pretexté "des zones de trafic et de non-droit clairement défavorables" autour du garage pour justifier ce départ.

Remontée. La maire de Vaulx-en-Velin, Hélene Geoffroy, s'est indignée, dans Estelle Midi sur RMC et RMC Story, contre le départ du garage Renault de sa commune, en banlieue de Lyon.

Le groupe automobile avait dénoncé dans un document remis aux syndicats, expliquant la fermeture du site, "des zones de trafic et de non-droit clairement défavorables" autour du site, et le faible niveau de vie des habitants de la ville qui ne représente pas la clientèle recherchée par le groupe. Renault a effacé ce texte, présenté des excuses, mais cela ne passe pas pour la maire de la commune qui dénonce "un non-sens".

"Ils partent peut-être car leur terrain a pris beaucoup de valeur Je suis assaillie par la promotion immobilière pour faire du bâti sur leur secteur, je pense que c'est plutôt cela", explique l'élue socialiste.

"Aucune alerte en matière de sécurité" de la part de Renault

L'édile s'oppose aux justifications sur la situation du quartier, arguant que ce quartier "en pleine transformation" est récent, "gagne des habitants" qui ont "un niveau de vie moyen en augmentation car c'est le quartier où la classe moyenne devient propriétaire".

"Renault ne nous a fait aucune alerte en matière de sécurité, ni à la préfecture, ni à la mairie, ni au commissariat de police. La dernier courrier que j'ai de Renault, c'est pour demander une dérogation dominicale", dévoile-t-elle.

Dénonçant "une image déformée, depuis Paris" de sa ville, elle demande au groupe français de lui donner "les vraies raisons de leur départ", annonçant qu'elle va rencontrer des représentants de la marque au losange la semaine prochaine.

Une "stigmatisation"

La maire est "indignée" d'une "stigmatisation des habitants de banlieue": "c'est vrai qu'il y a de la précarité dans ma ville, des habitants qui ont des revenus très faibles, parmi les revenus les plus faibles de toute la métropole, mais Renault rayonne sur toute la métropole, car c'est un passage bien situé avec un centre commercial prospère, le premier cinéma de la région. Ces habitants ne demandent qu'à être tranquilles et à voir leur territoire se transformer", conclut-elle.

https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez Journaliste RMC