RMC

"Ca va être dramatique": pour Franck Provost, beaucoup de salon de coiffure ne se relèveront pas de ce nouveau confinement

Le président du groupe Provalliance estime notamment que les aides promises par l'Etat ne seront pas suffisantes pour sauver des salons déjà très affaiblis après le premier confinement.

Ils font partis des commerces qui sont considérés comme non-essentiels. Les coiffeurs vont devoir fermer leurs portes pour une durée d’un mois minimum. Un coup de massue pour la profession qui a déjà vécu une période très compliquée pendant le premier confinemement et qui avait fait de gros efforts depuis la réouverture. 

“Tout se passait très bien, il n’y avait pas de soucis. Donc c’est vrai que c’est une douche froide parce que c’est une catastrophe pour la profession”, estime Franck Provost, président du groupe Povalliance. 

Il affirme qu’il n’y a pas eu de cluster dans les salons de coiffure même s’il confesse qu’il y a eu quelques cas contacts. “On a été les bons élèves. Dès la réouverture on a tout respecté et ça fonctionnait très bien”, affirme-t-il. 

Beaucoup de fermeture à prévoir

S’il salue les aides qu’a annoncé Emmanuel Macron pour venir en aide aux établissements concernés par des fermetures, il affirme que ce ne sera pas suffisant. 

“Il y a tellement d’autres charges en plus des salaires. Avant cette deuxième vague, il était déjà prévu la fermeture de 15.000 salons. Donc, après cette deuxième vague, je n’ai aucune idée des chiffres, mais ça va être terrible. Ca va être assez dramatique”, ajoute-t-il.
Guillaume Descours