RMC

Cantines: face à l'inflation, moins de choix pour les enfants dans une commune de Seine-Maritime

C'est un casse-tête pour les municipalités. Face à l'inflation, les prix de la cantine s'envolent alors il faut trouver des solutions. À Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), mairie, parents et prestataire ont décidé de passer de cinq à quatre, le nombre de composants dans les plateaux. Laurent Bonnaterre, le maire, était invité dans "Charles Matin" sur RMC ce jeudi.

L'inflation oblige les municipalités à trouver des solutions pour que le coût de la cantine n'augmente pas trop. À Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), parents d'élèves, maire et prestataire ont trouvé une solution.

Jusqu'alors, les plateaux des enfants étaient composés de cinq éléments: entrée, plat, accompagnements, fromage et dessert. Désormais, il n'y en aura plus que quatre.

"Notre prestataire, qui est local, est venu nous voir il y a quelques mois. Il était à la fois soucieux de trouver une solution, mais très embêté parce que l’ensemble de ses fournitures ont augmenté avec une hausse prévue de plus de 7%", explique Laurent Bonnaterre, maire (Horizons) de la commune, dans "Charles Matin" ce jeudi sur RMC.

Cela correspondait à une augmentation de 30.000€ par an, difficile à supporter pour la municipalité.

Quantités et qualités restent les mêmes

Cette solution intermédiaire a donc été trouvée et ne coûtera que 6.000€ en plus pour la ville. "On a tous convenu que dans nos repas, chez nous ou même au restaurant, c’était très rare qu’on prenne cinq composants", ajoute le maire. Les enfants auront donc le plat et l'accompagnement et ils devront se passer soit de l'entrée, du fromage ou du dessert. "Ce sont des repas assez classiques, qui sont servis dans d’autres collectivités", rassure Laurent Bonnaterre.

"Les quantités et qualités nutritionnelles restent les mêmes", affirme-t-il. Les portions des produits proposés seront donc un peu plus grandes.

Un travail sur le gaspillage et le tri

De plus, depuis plusieurs années, un travail sur les repas est mis en place avec les enfants. Ils trient leurs déchets et des ateliers de sensibilisation au gaspillage sont organisés. D'après une évaluation réalisée quelques mois auparavant, "on avait calculé que 21 kg de nourriture étaient gaspillés par élève et par an". C'est donc peut-être aussi une solution pour que ce nombre baisse.

A.B