RMC

"Ce n'est pas ce qui me préoccupe le plus": les Français, pas suffisamment équipés en détecteurs de fumée

La loi rendant obligatoire les détecteurs de fumée a été adoptée en mars 2015. Cinq ans plus tard, l'utilité de ces détecteurs fumée ne va pas de soi pour tout le monde.

C'est une obligation depuis le mois de mars 2015: celle d'avoir, chez nous, au moins un détecteur de fumée. Une obligation que respectent 88% des ménages, selon une enquête OpinionWay pour l'entreprise Lifebox.

Le chiffre est plutôt rassurant. Le problème, c'est que seulement un peu plus d'un foyer sur deux soit, 53%, en a plusieurs. Un chiffre qui tombe à 26% en Ile-de-France, les mauvais élèves en la matière. Or, pour une protection minimale, il faut au moins un détecteur de fumée par étage.

Plus problématique encore, 74% des Français n'entretiennent pas ces détecteurs. Et encore une fois, la proportion est encore plus élevée chez les franciliens.

"J’ai préféré carrément les enlever, pour dormir tranquille"

Le salon flambant neuf, ouvert sur la cuisine, est une petite fierté pour Charles. Il vient de refaire tout le rez-de-chaussée de la maison, mais il a oublié un petit détail: installer un détecteur de fumée. "On en avait un avant mais quand on a fait les travaux, il y a eu un peu de démolition donc on a retiré le détecteur et je vous avoue, je n’y ai pas du tout pensé".

Et en installer un ne fait vraiment partie de ses plans: "C’est pas forcément ce qui me préoccupe le plus. La maison est neuve donc le risque d’incendie, je le pense assez minime".

Fernand et Liliane habite à quelques dizaines de mètres et ils sont beaucoup plus prudents: "J’en ai trois", affine Fernand. Installer ces détecteurs de fumée leur semblait une évidence, jusqu'au jour où l'alarme se déclenche en pleine nuit, sans cause apparente: "J’ai préféré carrément les enlever, pour dormir tranquille", explique cet habitant d’Issy-les-Moulineaux.

Désormais, au mur, il n'y a plus que les supports. Les boîtiers, eux, sont rangés dans les tiroirs Ces déclenchements intempestifs sont souvent liés à un manque d'entretien, à des piles déchargées la plupart du temps.

"Si on peut faire une vérification mensuelle voire quotidienne, c’est le mieux"

Aujourd'hui, seul un foyer sur quatre prend le temps d'entretenir ces détecteurs de fumée, selon une étude OpinionWay. Il faut pourtant le faire régulièrement, explique Gaëtan Bonnier, spécialiste de la protection contre les incendies: "Si on peut faire une vérification mensuelle voire quotidienne, c’est le mieux. Mais au moins trimestrielle, ça permet d’assurer un bon fonctionnement du matériel".

Mais ce matériel n'est pas suffisant contrôlé. C'est d'ailleurs l'un des regrets de la Fédération des sapeurs-pompiers, qui aimeraient une meilleure éducation, une meilleure sensibilisation sur l'utilisation de ces détecteurs de fumée.

Martin Bourdin (avec C.P.)