RMC

"Ces grands moments de communion sont vraiment importants": les croyants réclament le retour des messes

De nouvelles manifestations de catholiques ont lieu ce dimanche, comme dimanche dernier, pour réclamer la reprise des messes, interdites pendant le confinement.

Le sujet est une des priorités du gouvernement dans son plan de déconfinement: la réouverture des lieux de culte. Leurs représentants sont attendus au ministère de l'Intérieur en visio-conférence ce lundi après-midi.

Samedi, en déplacement à Dijon, Jean Castex a assuré que les lieux de cultes rouvriront prochainement: "On devrait rouvrir, parce que le conseil d'État nous y a invité, les lieux de cultes".

Deux scénarii sur la table

La reprise des cultes pourrait être envisagée le 1er décembre, voir même dès le week-end prochain, avec un protocole strict. Deux options sont sur la table: 30 personnes maximum par cérémonie religieuse. C'est la jauge déjà en vigueur pour les enterrements. Ou bien, un nombre de fidèles maximal évalué en fonction de la superficie de l'édifice religieux.

Les catholiques attendent donc la décision avec impatience. A Paris, dans l’église Notre-Dame-d’Auteuil, les portes sont grandes ouvertes aux fidèles. Mais uniquement pour prier chacun dans son coin.

Alicia avec son mari, aimerait que la messe soit enfin autorisée dimanche prochain: "Ce serait un beau cadeau. La messe nous manque, surtout tous ensemble pace que ces grands moments de communion, ils sont vraiment importants".

"On cherche à maintenir la pression sur le gouvernement"

Il y aura des restrictions. Le couple le comprend. Mais entre les différents scénarii sur la table, Jérémy préfère une adaptation au mètre carré: "Ça permettrait de faire rentrer un peu plus de monde que strictement 30 personnes. J’ai juste l’espoir que Noël, on puisse le vivre vraiment".

A l'approche des fêtes, de la réouverture de certains lieux, des commerces, les manifestations de catholiques se multiplient. Joseph Cabrita, 23 ans, en organise une à Rennes ce dimanche à 15 heures: "On cherche à maintenir la pression sur le gouvernement pour nous garantir qu’on n’aura pas le même problème qu’au premier confinement avec un déconfinement par morceaux et les cultes un peu tardivement". Il se dit prêt à manifester jusqu'à ce que les messes reprennent.

Nicolas Traino (avec C.P.)