RMC

Ceux qui vont voter pour la première fois préfèrent Marine Le Pen

-

- - -

3,3 millions de jeunes vont pouvoir voter pour la première fois, à l'occasion de la présidentielle. Des primo-votants en demande d'une nouvelle offre politique mais qui penchent pour Marine Le Pen, selon une étude du Cevipof détaillée ce mercredi dans Bourdin Direct par Bruno Cautrès, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences-Po.

Ils vont pouvoir voter pour la première fois. 3,3 millions de primo-électeurs électeurs vont découvrir le bureau de vote pour la première fois à l'occasion de la présidentielle des 23 avril et 7 mai prochains. Cela représente 7% du corps électoral. Le Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences-Po) a publié en fin de semaine dernière une étude sur ces primo-votants.

Et comme l'a expliqué ce mercredi dans Bourdin Direct Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof et enseignant à Sciences-Po Paris, ces nouveaux électeurs penchent en faveur de… Marine Le Pen. "La candidate favorite c'est Marine Le Pen (29,3% des personnes interrogés disent vouloir voter pour elle), devant Emmanuel Macron (27,2%) et quasi à égalité Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon (15,6 et 15,4%)", détaille Bruno Cautrès. Par contre, "il y a un candidat dont ils se sont totalement détournés, c'est François Fillon (8%)".

"La moyenne d'âge des électeurs en France est de 50 ans"

Bruno Cautrès s'est réjoui de l'arrivée de ces nouveaux électeurs. "C'est un enjeu très important pour un pays démocratique de voir la jeunesse voter pour la première fois, d'autant que notre corps électoral est vieillissant. La moyenne d'âge des électeurs en France est de 50 ans".

Pour autant, la présidentielle, pourtant élection majeure de notre pays, "motive moyennement" ces primo-votants. "80% des jeunes se disent intéressés par la campagne présidentielle, mais seulement 50% d'entre eux se disent certains d'aller voter. L'enjeu d'ici le premier tour, c'est d'essayer de convaincre ces jeunes électeurs, parce que si on constate le 23 avril que cette jeunesse a boudé les urnes, ce serait un constat d'échec".

"Les primo-votants ne sont ni partisans, ni idéologues"

L'autre constat de cette vaste étude du Cevipof, c'est que les jeunes électeurs attendent autre chose de la politique, désormais. "C'est surtout une demande de nouvelle pratique politique. Ils sont très intéressés par le référendum ou par la prise de parole en dehors des politiques partisanes. C'est une jeunesse marquée par un engagement différent en politique: ils ne sont ni partisans, ni idéologues. Ils veulent s'engager sur des thèmes très précis et des causes très ponctuelles, comme Nuit debout", explique Bruno Cautrès.

P. Gril avec JJ. Bourdin