RMC

Claude François: "Il n’y a pas une journée où je ne pense pas à lui"

-

- - -

C'était il y a 40 ans. Le 11 mars 1978, Claude François disparaissait. Électrocuté dans son appartement du 16ème arrondissement de Paris.

De nombreuses manifestations ont lieu ce weekend pour célébrer l'anniversaire de la mort de ce chanteur hors-normes qui a fait vibrer des millions de fans dans la France des années 60 et 70.

"On est là et lui n’est pas loin"

Le Moulin de Dannemois en Essonne est l'un de ces endroits où les fans viennent se recueillir pour rendre hommage à leur idole. Ancienne propriété du chanteur, désormais transformée en musée.

A chaque fois que Nathalie passe le portail du moulin, son cœur se serre. "On est là et lui n’est pas loin. On le sait, il n’est pas loin". Avant de déménager en Bretagne, elle venait ici presque tous les weekends. Alors, il lui était impossible de ne pas être là aujourd'hui.

"Je ne peux pas m’en passer. Au bout de 40 ans ça reste pareil, c’est comme si c’était hier. Il n’y a pas une journée où je ne pense pas à lui. Claude nous manque, sa présence nous manque, ses chansons nous manquent, ses paroles nous manquent".

Ici, Claude François est partout. Sa voix, son visage. Dans la cour, dans les pièces du musée, dans salle de restaurant.

"Il y a un noyau de 2 000 à 2 500 personnes qui sont des vrais fans"

Dans le jardin, des dizaines de fans font la queue pour la visite guidée. La plupart connaissent les lieux pas cœur mais qu'importe pour Julien Lescure, propriétaire du Moulin.

"Il y a un noyau de 2 000 à 2 500 personnes qui sont des vrais fans, des purs et durs vraiment et qui sont à chaque rendez-vous chaque année, partout où il a été".

Ce matin à 10 heures, une messe a été célébrée dans l'église de Dannemois, avant une procession jusqu'au cimetière, où est enterré le chanteur.

Marie Regnier (avec C.P.)