RMC

"Dupin Quotidien": quelles sont les villes où les prix de l'immobilier ont explosé en 20 ans?

Les notaires de France ont publié une enquête sur l'évolution du prix de l'immobilier sur 20 ans. Le résultat concerne essentiellement les appartements et maisons anciennes dans 17 métropoles de France hors Paris.

C'est la première fois qu'une telle enquête est réalisée: les notaires de France viennent de publier une enquête sur l'évolution des prix des appartements et maisons anciens sur 20 ans dans 17 métropoles de France, sauf Paris. 

Le premier constat est que les prix se sont envolés dans la métropole bordelaise: ils ont triplé en 20 ans! C'est la seule dans ce cas. Jusqu'à 250% d'augmentation pour le prix des maisons! Rien d'étonnant, donc, à ce que la ville passe de la 12ème à la 3ème place des métropoles les plus chères en termes de maisons anciennes, et de la 14ème à la 2ème place concernant les appartements anciens. D'après les notaires bordelais, cette explosion a eu lieu parce que les taux du crédit immobilier sont très bas et qu'il y a de plus en plus d'acheteurs parisiens qui investissent dans les biens plus chers, grâce (aussi) à l'ouverture en juillet dernier de la ligne à grande vitesse qui relie Paris et Bordeaux en 2h05.

Beaucoup de disparités entre les grandes villes

Si Bordeaux est unique dans son genre, les métropoles de Lyon et Toulouse se distinguent également ces 20 dernières années. Les prix des appartements anciens ont augmenté en moyenne de 198% à Toulouse et 203% à Lyon. L'étude observe les moins fortes hausses de prix dans les métropoles d'Orléans, de Dijon, de Brest et de Nancy: les prix y ont tout de même augmenté d'environ 90 à 100% sur 20 ans. 

La métropole la plus chère hors Ile-de-France reste Nice pour les appartements anciens et Montpellier pour les maisons. 

Très chère Paris

Sans surprise, Paris reste la ville la plus chère au mètre carré... Le prix moyen du mètre carré devrait dépasser les 9.300 euros en avril, d'après les avant-contrats signés par les notaires. Mais certains biens de l'hyper-centre bordelais avoisinent aujourd'hui ceux de certains arrondissements parisiens, atteignant jusqu'à 5 ou 6.000 euros le mètre carré d'après un notaire girondin.

Fin 2017, les prix au mètre carré ont augmenté de 12% sur un an à Bordeaux, suivie par Nîmes et Lyon avec environ 8% d'augmentation. Au contraire, le prix du mètre carré a le plus baissé à Toulon (-5.1%, à 2.000 euros), Saint-Etienne, (-4,5% à 890 euros), et Amiens, (-3,7% sur un an, à 2.010 euros).

Anaïs Bouitcha et X.A