RMC

A Nanterre, les partiels en danger à cause des grèves

Les étudiants grévistes veulent à nouveau tenter d'annuler les examens ce mardi pour qu'ils soient reportés après la grève quand les transports fonctionneront mieux.

Des étudiants de l'université de Nanterre appellent au blocage de l'université pour ce deuxième jour de partiels. Selon certains syndicats dont l’Unef, la grève des transports empêche les étudiants de passer leurs examens dans de bonnes conditions. Les épreuves doivent être annulées et reportées selon eux. Mais la faculté refuse. En signe de protestation, des étudiants ont perturbé les premiers partiels lundi. Cinq examens ont été annulés, les autres ont été retardées de 15-20 minutes.

Le partiel de droit de Hussein a été annulé lundi par des étudiants grévistes. Il a peur que ça se répète ce mardi et que son année soit gâchée.

"C’est stressant, on est dans le doute. Il faut savoir qu’on a un avenir et l’avenir de ne me fait pas rire. Surtout que j’ai une famille, j’ai un enfant. Je travaille à côté et donc je passe mes examens comme je peux. Pour le premier semestre, ça reste une interrogation", affirme-t-il. 

Lui dispose d'une voiture pour déjouer la grève des transports, mais ce n'est pas le cas de tous les étudiants, souligne Antonin, en 1e année de science politique. "Je préfère encore bloquer par soucis d’égalité pour les personnes qui ne pourront pas venir jusqu’à la Fac. Pour ne pas qu’ils aient zéro, si on reporte les partiels, peut-être que dans un mois ça ira mieux et qu’on pourra réviser dans de bonnes conditions", indique-t-il.

L'université assure faire le nécessaire

Ihsane, du syndicat Solidaires, se demande pourquoi l'université ne propose pas d'alternative.

"Il pourrait y avoir des solutions comme des partiels dématérialisés, en ligne. Il y en a déjà eu par le passé. C’est juste qu’ils ne veulent pas prendre ces solutions parce que ça les dérange en fait", affirme-t-elle.

La direction de l'université estime faire le nécessaire: tolérance pour les retards le matin, navettes gratuites pour Paris le soir, et un hébergement d'urgence sur le campus pour ceux qui habitent trop loin.

Nicolas Traino avec Guillaume Descours