RMC

Amiante: "15.000 écoles sont sans diagnostic"

A Villeneuve-sur-Roi dans le Val-de-Marne, les professeurs du lycée Georges Brassens exercent leur droit de retrait pour des soupçons de contamination à l'amiante. Et leur cas pourrait bien ne pas être isolé.

L’amiante a tué le père d’Emmanuel Roy. Il était proviseur d’un lycée de Poitiers où il contracté la maladie. Son fils en tiré un film, la Part du Feu, un hommage et un message d’alerte aussi: "Mon père est mort en 93 d'un mésothéliome qui est le cancer symptomatique de l'amiante, c'est-à-dire de la plèvre. Je me suis toujours posé la question des élèves. Quand on voit la mobilisation à Georges Brasses, ça me met dans une colère noire".

"C'est un scandale sanitaire"

Des témoignages comme celui-ci, Cyril Verlingue, prof de français et délégué du personnel au lycée George Brassens en a reçu une dizaine depuis le début de leur mobilisation. Et le nombre d'écoles potentiellement concernées donne le vertige:

"15.000 écoles maternelles et primaires sont sans diagnostic amiante, donc rien que ça c'est un chiffre énorme, on veut ces expertises et on veut qu'elles soient menées de manière nationale sur tous les établissements sur lesquels on a un doute. C'est un scandale sanitaire, on veut savoir, on ne peut pas être dans l'ignorance face à un tel problème".

Selon Andeva, l’association nationale de défense des victimes de l’amiante, 85% des établissements scolaires ont au moins un de leur bâtiment construit avant 97, date à partir de laquelle l’amiante a été interdite. L'amiante pourrait provoquer jusqu'à 100.000 décès d'ici à 2025, les maladies pouvant survenir jusqu'à 40 ans après l'exposition.

Sophie Paolini (avec P.B.)