RMC

"C'est mieux de voir ses copains en classe que sur une application!": journée test pour le déconfinement avec la réouverture des écoles

C'est un enjeu majeur du déconfinement: environ un million d'enfants doivent reprendre le chemin de l'école ce mardi matin.

Retour à la normale. Ou presque. Ce mardi marque le retour à l'école d'environ un million d'enfants. S'il s'agit d'un redémarrage limité et strictement encadré, il suscite de nombreuses craintes face à une épidémie de coronavirus "toujours active" en France. 

Mais pour les enfants, les premiers concernés, cette deuxième rentrée ressemble plus à un soulagement.

"J'ai pas peur du coronavirus, sourit Joséphine, en grande section de maternelle. Je suis très très très contente de retourner à l'école. Je sais que ça va être un peu différent mais je vais voir mes copains et mes copines et je vais bien apprendre" s'enthousiasme la jeune fille sur RMC. Même ton optimiste pour Abel, en CM2: "Je suis content, j'en ai marre du confinement. C'est mieux de voir ses copains en classe qu'en vidéo ou sur une application. Ca commençait à devenir énervant les devoirs à la maison..."

Avec cette décision contestée par des scientifiques et certains élus, le gouvernement entend poursuivre la levée progressive du confinement, qui a débuté lundi avec la réouverture de nombreux commerces et la fin de restrictions de déplacement imposées aux Français depuis 55 jours.

Pour répondre aux craintes des enseignants et des familles, les milliers d'écoles maternelles et primaires qui rouvrent leurs portes à partir de mardi seront soumises à un strict protocole sanitaire afin d'éviter toute nouvelle flambée de l'épidémie, qui a fait 26.643 morts en France selon le bilan officiel publié lundi soir. 

Lavage de mains à répétition, port du masque recommandé pour les enseignants, respect "en permanence" des gestes barrières, limitation du nombre d'élèves par classe...: le protocole établi par le gouvernement doit permettre "une remise en marche" de l'école, selon le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. 

Pour tenter de calmer la fronde, l'exécutif a par ailleurs laissé aux parents le choix de ramener ou non leurs enfants à l'école et estime à 1,5 million (sur un total de 6,7) le nombre d'élèves concernés par cette rentrée qui s'échelonnera tout au long de la semaine, notamment jeudi à Paris et en Ile-de-France. Les collèges doivent, eux, commencer à rouvrir à partir du 18 mai dans les seules zones où le virus circule peu.

La rédaction de RMC