RMC

Claques, "lignes", privation de récré... Quelles punitions sont autorisées par l'Education nationale?

CA VOUS CONCERNE - Les enfants ont repris l’école depuis une semaine maintenant. Ils commencent à rapporter à la maison les bons points, et les mauvais! Est-ce que les enseignants ont le droit de punir leurs élèves?

Oui, mais pas n’importe comment. L’Education Nationale précise que la sanction doit avoir un caractère “éducatif”. Concrètement, ça peut-être un mot dans le cahier de correspondance, un devoir supplémentaire ou encore une excuse publique écrite ou orale. L’enfant peut être privé d’une partie de la récré, mais pas de toute la récré. De manière exceptionnelle il peut être exclu d’un cours, mais il ne peut jamais être laissé seul, il doit forcément être pris en charge par un adulte.

Dans tous les cas, les punitions doivent être inscrites dans le règlement intérieur de l’école, et les parents doivent être systématiquement informés quand l’enfant est puni.

Qu’est-ce qui est interdit?

Evidemment les châtiments corporels. Un enseignant ne peut pas taper sur un élève, s’il le fait il peut être poursuivi pour maltraitance. Même chose pour les humiliations. Interdit aussi le 0 pour mauvais comportement. C’est possible sur une copie, mais pas parce que l’élève s’est mal tenu.

Les lignes à écrire ne sont pas non plus autorisées, vous savez les “tu copieras 10 fois “je ne collerai pas de chewing-gum dans les cheveux de mes camarades”, ça, pas le droit ! Pas le droit non plus aux punitions collectives.

C’est précisé dans une circulaire de l’Education Nationale : “Si les faits sont commis en groupe, il convient d’établir les degrés de responsabilités de chacun afin d’individualiser la sanction, ce qui n’exclut pas qu’elle soit identique pour plusieurs élèves”. Donc théoriquement pas de punition collective, mais vous pouvez faire la même punition pour tout le monde tout de même. Etonnant.

Quid des devoirs?

Au collège et au lycée, c'est évidemment autorisé. Pour la primaire il y a une précision: oui les devoirs sont autorisés, mais ça ne peut être qu’un travail oral ou une leçon à apprendre, le maître ou la maîtresse ne peut pas donner un travail écrit à faire en dehors de la classe.

Et un petit rappel pour finir: à la maison non plus vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez avec votre enfant. Une loi de 2019 interdit les violences éducatives ordinaires. Ca comprend les violences physiques, psychologiques et verbales.

Concrètement il est interdit de donner une fessée à un enfant, mais aussi de lui crier dessus ou de faire du chantage affectif par exemple. C’est bien aussi de le rappeler, puisque 33% des parents ne savent pas que c’est interdit.

>>> A LIRE AUSSI - Déclarations de revenus: des centaines de milliers de contribuables victimes d'un bug informatique

Géraldine de Mori (avec J.A.)